Dansophie/Dancing philosophy

Ce carnet accompagne le projet de recherche participative Dansophie/Dancing philosophy, projet pilote qui fait partie du projet européen COESO – Collaborative Engagement for Societal Issues.

Le projet se fonde sur une collaboration intensive entre une chorégraphe et danseuse (Cosetta Graffione), une philosophe (Stefania Ferrando). Il associe également une chorégraphe, danseuse et pédagogue, spécialisée en Cinétographie Laban et experte en Analyse Fonctionnelle du Corps dans le Mouvement Dansé (Irénée Blin), un artiste performeur, metteur en scène et graphiste (Daniele Marranca) ; ainsi qu’une professeure en arts de la scène et humanités numériques à l’Université Polytechnique des Hauts-de-France qui développe le logiciel MemoRekall (Clarisse Bardiot) et un ingénieur d’études (Sébastien Hildebrand).

L’enjeu de la collaboration entre la danse et la philosophie est d’explorer la question du désir, dans ses liens multiples aux pratiques de reconnaissance.
Le développement philosophique de ces sujets est confronté à la difficulté majeure de comprendre de manière adéquate l’expérience d’un désir incarné et singulier. L’analyse philosophique diffuse ne parvient en effet pas à donner des outils pour ressaisir ces questions à leur racine.
En même temps, du point de vue chorégraphique, l’observation factuelle et décontextualisée des mouvements et sources d’inspiration souvent communes entre plusieurs choix chorégraphiques actuels, offre à la chorégraphe le terrain idéal pour se questionner à nouveau sur les notions de “Soi” et “Autre” et voir comment les paroles philosophiques pourraient s’incarner et ouvrir à la danse contemporaine de nouveaux horizons.
Le projet prend forme au moment où les questions suivantes sont posées : est-il possible de rendre accessible, même dans des milieux non techniques, la parole philosophique autour de la question du désir ? Est-il possible que, en passant par une chorégraphie, les thématiques de recherche, souvent difficiles à verbaliser, soient plus inclusives si la perception et la corporéité sont mises en valeur ?
L’idée est que l’on passe d’une vision absolue de la pensée à une expérience corporelle singulière, qui permette de réveiller et expérimenter les sensations et intensités de la thématique du désir et de la reconnaissance.
Ainsi, l’échange avec l’autre, ainsi que la transformation de soi dans la relation, ne sont pas seulement un objet de pensée : ils sont la forme même de notre travail commun. La question de la reconnaissance et du désir sera comprise à la hauteur des épreuves qui vont surgir dans une coopération où chacune et chacun de nous, grâce à la relation avec l’autre, va être déplacé de ses pratiques habituelles et de ses références disciplinaires. Le but est que chacune et chacun soit amené à transformer sa propre pratique pour mieux la réaliser.
Irenée Blin assure le travail de notation. La notation, davantage utilisée habituellement pour écrire un aboutissement de mouvements chorégraphiés, aura ici un usage particulier. En effet, elle servira à garder une trace de l’évolution des interactions entre la danseuse et la philosophe. La notation doit permettre de documenter leur usage du mouvement dans toutes ses caractéristiques (durée, amplitude, niveau, rotation, orientation, direction…), de l’espace, de leurs contacts physiques ou distanciés.

La documentation de la recherche sera également assurée par Daniele Marranca qui réalisera des images (photos, vidéos), et de Clarisse Bardiot et Sébastien Hildebrand qui produiront des “capsules” (ou systèmes d’annotations multimédias) avec le logiciel MemoRekall.

Ces documentations seront réalisées de façon coordonnée et mises en relation entre elles. Le but est autant de documenter le projet que de favoriser l’accessibilité à la recherche de Dansophie et à la notation.

Ce projet de collaboration est porté par CADMIUM Compagnie, structure qui développe des productions artistiques multidisciplinaires, et l’Université Polytechnique des Hauts-de-France. Il correspond au Pilote 2 du projet européen COESO porté par l’EHESS.


Une réflexion sur « Dansophie/Dancing philosophy »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.