Danse-analyse de la pensée

Espace culturel Saint-Eupéry, Wissous – Photo S. Hildebrand

J’ai démarré mon parcours d’échange avec Stefania par la quête de l’indicible. L’acte de danser parle cet indicible, il s’agit d’expérimenter ce qui nous échappe et qui nous revient dans une autre forme. C’est la sensation que ce que l’on fait ne nous appartient pas. Sensation d’être porté par autre, l’Autre, par ce fait primordial qu’est le corps. Cela a impliqué une confrontation directe avec L’EXPERIENCE CORPORELLE, le passage entre dehors et dedans, passage entre le mot qui se voit et le flux dynamique qui s’éprouve; entre les deux, passe le jeu.

Nous avons constaté qu’il y avait un langage, celui de la danse, qu’elle devait commencer à parler. Comme un petit enfant qui commence à s’exprimer avec ses parents, nous avons partagé la pratique de l’improvisation corporelle, en douceur et dans le calme, mais il fallait y aller, sans hésitation. Il fallait expérimenter, en vrai, le corps.

Après avoir choisi la thématique corps global – corps morcelé, j’ai proposé à Stefania de me suivre dans des exercices préparatoires à ces deux différentes images. J’étais persuadée que, en dansant, elle aurait pu toucher à tout, et tout qui est dansant l’aurait touchée, réveillant en elle un désir d’événements qui, au lieu d’être dans la parole, se cherchaient à travers les mouvements et leur variations possibles.

Au fur et à mesure qu’on avançait, Stefania a pu expérimenter l’ancrage organique de notre identité, la proprioception. Je lui ai proposé de connaitre mieux ce sens décrivant notre capacité à localiser chacune des parties du corps et de les ressentir. Elle a pu expérimenté comme le sens proprioceptif permet au cerveau de déterminer la position d’une partie de son corps, la vitesse et la direction d’un mouvement. Un exemple: elle a beaucoup travaillé sur les extrémités, pieds et mains, très riches en récepteurs proprioceptifs. C’était la découverte d’une nouvelle façon de se relationner à l’environnement, en trouvant un point d’ancrage autour du quel le corps s’organise: le centre de gravité. Mon but? Observer ses mouvements parasites et lui offrir un moyen d’accès à une réorganisation de son corps, à une ouverture des circuits pour qu’elle puisse s’exprimer en liberté et et bien gérer sa fatigue. La malléabilité de Stefania lui a permis ce changement et nous avons pu atteindre l’expression libre corporelle par le biais de l’improvisation instantanée.

D’où ma question plus vaste: que se passe-t-il quand le corps d’un penseur, d’un philosophe, essaie de transformer ses habitudes posturales et, ensuite, une idée en geste? Est-il fidèle, perdu, limité, exigeant, concret, abstrait dans sa façon d’agir? Les douleurs musculaires qui surviennent sont conciliables? Que fait-il avec son corps chargé de mots et d’histoires?

J’ai ensuite suivi une démarche pédagogique comme celle-ci:

INTEGRER UNE NOUVELLE ORGANISATION, NOUVEAU LANGAGE.

  • VISUALISER, imaginer le plus finement possible le mouvement dans toute sa texture et sa spatialité.
  • DECRIRE, en ne faisant pas le mouvement mais en parlant.
  • BOUGER, en laissant vivre la visualisation et en faisant appel à tous les sens.
  • CORRIGER, pour apporter les clefs de finesse d’un certain type de mouvement et sa spécificité.
  • INTEGRER les changements en passant pour les étapes de fatigue et échec.
  • COMPARER DEUX ETATS, une fois l’intégration est en place (avec le temps nécessaire), voir les états, avant et après de l’exécution et ainsi observer la réorganisation motrice.
  • COMPARER LES INFORMATIONS du cerveau à la base, par exemple, des modèles de la journée (fatigué ou pas).
  • CHANGER LES TEMPS D’EXECUTION, accélérer ou ralentir le temps d’exécution d’un geste, d’un enchainement. Porter le temps au maximum de vitesse pour que le corps n’ait qu’un choix: celui de l’état réflexe, celui de lâcher-prise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.