Jour zéro : organisation

9 septembre 2021, Mouy (Oise / France)

Le premier jour de travail de l’équipe du Pilote 2 du projet COESO s’est tenu à Mouy, dans l’Oise, le 9 septembre 2021. Se sont rassemblés masqués, de gauche à droite sur la photo :

  • Irénée Blin, chorégraphe, danseuse et notatrice, CADMIUM Compagnie, 
  • Clarisse Bardiot, chercheuse en arts de la scène et humanités numériques, conceptrice de MémoRekall, Université Polytechnique des Hauts-de-France, 
  • Stefania Ferrando, chercheuse en philosophie, Université Polytechnique des Hauts-de-France, 
  • Daniele Marranca, artiste visuel, performeur, graphiste, CADMIUM Compagnie, 
  • Cosetta Graffione, chorégraphe et danseuse, CADMIUM Compagnie, 
  • Sébastien Hildenbrand, ingénieur d’études, Université Polytechnique des Hauts-de-France, 
  • Également présente : Delphine Riss, coordinatrice, CADMIUM Compagnie.

Ce “jour de travail zéro” a permis de rappeler les rôles de chacun et de s’accorder sur les objectifs, méthodes de travail et planning. 

Du côté de la philosophe et de la danseuse se profile notamment un enjeu de travail sur le langage : on ne peut pas toujours dire très précisément ce que l’on ressent, les mots et les idées sont parfois insuffisants. Est-il possible de gagner en finesse en passant par un autre langage, celui du corps ? Est-ce que la danse peut aider à penser, partant à s’émanciper ? Peut-elle aider le philosophe à se sentir libre ? On cherche à s’éloigner des rapports traditionnellement tissés entre la danse et la philosophie, par lesquels la danse tend à illustrer la pensée et à interpréter les idées sous forme “spectaculaire”. Il s’agira d’observer et analyser ce qui se passe dans la relation entre la philosophe et la danseuse, d’éprouver la danse dans sa capacité à aider la philosophe à penser, de faire l’expérience de “penser par le corps”.

Du côté des “travaux de documentation” :

  • L’enjeu, pour la notatrice (Irénée Blin) est de parvenir à noter le travail de recherche en cours. La notation permet habituellement de fixer de manière précise la chorégraphie d’un spectacle. Dans le cadre de Dancing Philosophy, ce n’est pas un spectacle que l’on note, c’est un processus de travail que l’on cherche à mémoriser… Un défi en notation !
  • L’objectif du projet, pour Clarisse Bardiot, est d’aboutir une nouvelle version de MémoRekall. MémoRekall est un logiciel d’annotations multimédia, qui permet de documenter de manière précise les oeuvres scéniques. Aux origines de MémoRekall, il y a le constat que la traditionnelle captation vidéo n’est pas suffisante pour bien comprendre et transmettre les oeuvres scéniques. MémoRekall a déjà permis d’annoter de nombreuses créations ; il s’agira ici d’annoter un processus de recherche dans ce qu’il comporte d’évolutif. Il s’agira bien de documenter la rencontre entre la philosophe et la danseuse, et pas de mémoriser le produit chorégraphique, aussi abouti soit-il. L’autre objectif de MémoRekall dans ce projet (hors Pilote 2) est de concevoir une API pour connecter le logiciel à la plateforme collaborative VERA. 

Un temps de la journée de travail est consacré à un entretien avec l’équipe de Science Po, Jessica Pidoux et Dominique Boullier, qui observent la manière dont travaillent les équipes des Pilotes. 

Prochaine étape : deux semaines de résidence pour Stefania et Cosetta (la philosophe et la danseuse) au Centre culturel Saint-Ex de Wissous (Essonne), du 20 septembre au 3 octobre, avec les interventions ponctuelles de Irénée (notatrice), Daniele (prise de vues) et Sébastien (prises de vue pour MémoRekall). 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.