Dancing philosophy à Barcelone 

Les deux écrans – Cosetta et Stefania en directe au séminaire Diferència sexual una ontologia pràctica? (3 novembre 2021)

La collaboration entre Cosetta et moi est radicale : on relève le défi d’aller jusqu’aux racines de nos pratiques philosophique et chorégraphique, ainsi que des paroles qui s’y incarnent.

Ainsi, pendant les semaines de résidence à Wissous, je suis montée sur scène. Il s’agissait de questionner le langage philosophique à partir d’un travail sur le corps et le contact avec le langage chorégraphique.

En retour, il était important de proposer à Cosetta d’intervenir dans un séminaire de recherche. Une occasion formidable s’est présentée : j’ai été invitée au séminaire Diferència sexual una ontologia pràctica?, organisé par Teresa Hoogeveen, Alina Mierlus et Andrea Ugalde (Seminari Filosofia i Gènere; ADHUC–Centre de Recerca Teoria, Gènere, Sexualitat; Màster d’Estudis de Dones, Gènere i Ciutadania – Universitat de Barcellona).

Je remercie les organisatrices d’avoir accueilli avec ouverture et enthousiasme la proposition d’inviter Cosetta également.

Au mois de septembre, avec Cosetta nous avons beaucoup travaillé sur le(s) langage(s) – philosophique et corporel – et notre capacité de dire-vrai par ces langages.

Cosetta m’a fait remarquer que dans la danse il est très difficile de parler le langage corporel de l’autre : on retrouve ainsi dans la danse des pratiques permettant de mieux comprendre, à partir du travail sur le corps-pensant, si un certain mot, un certain discours, nous appartiennent ou pas (si on utilise les mots des autres, le corps résiste : il faut alors apprendre à reconnaitre et nommer le « non » que le corps dit).

En raison de ce travail sur la vérité, j’ai proposé de suivre le fil d’un telle problématique dans l’intervention au séminaire. Dans ma présentation (dont je publie le résumé ci-dessous), j’ai ainsi travaillé sur la question de l’idéologie – comme discours qui efface l’expérience et qui conduit à des oppositions politiques frontales – et sur la pratique de l’« authenticité », à partir des écrits de la féministe italienne Carla Lonzi et tout particulièrement de son livre Sputiamo su Hegel. On n’y retrouve pas seulement une réflexion profonde sur la question de l’idéologie, mais aussi une mise en valeur du corps dans le questionnement de la tradition philosophique et politique moderne.

L’un des points importants qui ont émergé dans l’échange avec Cosetta a été le suivant : il y a eu ce qu’elle a appelé une « transformation de vocabulaire » dans mon intervention.

J’ai en effet introduit le mot « centre » (ce mot est revenu souvent dans le travail sur le corps pendant la résidence à Wissous, à partir des remarques de Cosetta et Irénée Blin) et j’ai commencé à en faire un objet de réflexion philosophique. L’enjeu est de mettre à thème les moments dans lesquels on se déplace, dans le langage, hors de notre centre, et on emploie des mots qui ne sont pas les nôtres et qui nous empêchent de dire ce qui nous semble juste ou vrai dans une certaine situation.

Les participantes et participants au séminaire (doctorantes, doctorants et chercheuses statutaires) ont relevé le défi de notre intervention à deux voix : il y a eu des questions (en français, italien, anglais, catalan) à la fois bienveillantes et profondes adressées à toutes les deux à chaque fois que quelqu’un prenait la parole. Parmi celles-ci : est-ce qu’il a encore sens de parler de « sujet », étant donné la démarche proposée ? Dans le travail proposé, peut-on parler d’une ouverture de circuits d’énergie, ce qui ouvre aussi à une autre conception non seulement de l’échange des savoirs mais de la politique également ?

Nous avons à chaque fois répondu à partir de notre perspective et travail, mais aussi en explicitant ce qu’y émerge dans notre collaboration.

Vous trouverez ici le résumé de mon intervention:


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.