Dancing philosophy à Barcelone, quand la danse commence à parler.

Stefania et Cosetta lors de leur intervention simultanée à la conference de Barcelone

Cosetta Graffione, danseuse et chorégraphe, rencontre le monde de la philosophie et décrit son expérience.

Avec ce texte, j’ai voulu vous raconter l’expérience d’une danseuse qui interagit avec le monde du féminisme philosophique. J’ai été invitée au séminaire Diferència sexual una ontologia pràctica?, organisé par Teresa Hoogeveen, Alina Mierlus et Andrea Ugalde (Seminari Filosofia i Gènere; ADHUC–Centre de Recerca Teoria, Gènere, Sexualitat; Màster d’Estudis de Dones, Gènere i Ciutadania – Universitat de Barcellona).
J’ai passé un très bon moment, tout d’abord j’ai rencontré des femmes et des hommes ouverts et intelligents avec lesquels j’ai eu plaisir à dialoguer. De nouveau, je veux remercier les organisatrices de leur confiance.

Leur curiosité à mon égard et au sujet de cette collaboration avec Stefania a assuré de la pertinence à mon intervention. Je crois fermement qu’il y a un besoin d’échange, de dialogue, surtout dans le monde philosophique qui pense et écrit sur la relation à l’Autre. J’imagine une plus grande ouverture et réflexion sur une certaine terminologie qui trop souvent fixe les expériences humaines. Je pense à l’un des principaux objectifs de ce projet de collaboration: Auprès des philosophes, comment stimuler de nouvelles approches, élargir leurs considérations, donner un nouveau souffle pour les sujets qu’ils aborderont dans leurs articles?
Dans notre intervention, j’ai détaillé et partagé ce que la danse apporte au parcours de recherche de Stefania. Ensuite, j’ai raconté comment, à travers une expérience corporelle, nous pouvons intégrer individualité et groupe, authenticité et homologation, frontalité et multidirectionnalité.
L’expérience quotidienne apprend au danseur qu’à travers l’utilisation de la spirale en mouvement on peut intégrer l’expérience personnelle à celle de l’autre, toutes deux valables et justifiables. Dans la création chorégraphique, les danseurs sont confrontés à la problématique constante que l’attitude corporelle de l’autre n’est pas la mienne puisque le corps est élément de l’individualité personnelle.

Tout d’abord je pense que la danse et la philosophie peuvent s’intéresser réciproquement à créer les conditions qui permettent et développent ce que chacun appelle “juste”. Pour cela, nous avons utilisé un langage singulier comme celui de l’improvisation corporelle. Comme Delphine Demont l’a très bien exprimé, “l’improvisation questionne le ressenti personnel et l’imaginaire, apprend à faire confiance à son intuition , l’analyser rapidement pour pouvoir l’organiser dans une composition dansée à plusieurs”. L’enjeu est de se représenter son schéma corporel ainsi que le rapport entre soi et ce qu’il y a autour de soi” (D. Depont). Ces mots, autour de soi, nous disent que la relation avec le mouvement (ou la connaissance) de l’AUTRE est toujours présente.

Deuxièmement, il y a l’intégration et le travail de disponibilité à l’autre qui dans le mouvement et dans la philosophie peuvent définir ensemble un espace d’exploration de l’altérité qui amène le danseur comme le philosophe à s’écouter, se connaître et se reconnaître, s’autoriser les diverses possibilités du geste ou de la pensée.

Les participantes et participants au séminaire m’ont demandé comment, dans la danse, nous intégrons ce que nous ne comprenons pas, ce que nous ne voulons pas voir. Je dirais sans chercher à le détourner ou déplacer, dans le sens de lui donner l’espace et le temps d’exister. Avoir quelqu’un qui danse avec moi et différemment de moi signifie créer de nouvelles coordinations et de nouvelles possibilités d’élargir la conscience. Il s’agit de vivre le différent comme une nécessité intérieure, une évidence et non pas comme une décision.

J’ai fini cette belle rencontre en répondant à la question si, avec Stefania, nous pourrions peut-être ouvrir le circuit de la pensée avec cette proposition qui est la nôtre de mélanger les compétences, de combiner la philosophie à la danse et la psychanalyse. J’ai répondu que oui, nous nous sentons prêtes à nous ouvrir, à demander, à mieux réfléchir au langage que nous utilisons. Ma première suggestion était celle de réfléchir sur certains mots que la philosophie utilise. J’ai posé ainsi ma question: Quand les philosophes ou les psychanalystes parlent d’ordre, de loi, à quoi font-ils référence ? Où est le caractère d’universalité que le mot loi impose ? J’ai pensé tout de suite à la loi de la gravitation universelle et au fait qu’elle exprime une relation qui est vraie quelles que soient les conditions dès lors que les deux mêmes variables sont en présence. Peut-on parler de loi dans d’autres conditions?
Quand on parle d’ordre, qu’est-ce qu’on aligne, régularise ?
Je ne peux m’empêcher de penser aux paroles très justes de Barbara Verzini dans “La madre nel mare” lorsqu’elle dit : “Ce qui pour moi dépasse l’ordre, c’est l’harmonie, qui ne commande pas avec une règle a priori, mais qui au contraire recherche l’accord, le rapport d’amitié, d’affinité et d’amour entre les choses”.
Le mot harmonie effleure une expérience que les féministes nous disent haut et fort : il y a une force qui ne peut être arrêtée, “un excédent” dit encore Verzini, qui ne peut être contenu dans un ordre. Stefania et moi-même en avons fait l’expérience dans l’un de nos ateliers: laisser parler notre puissance, laisser parler notre corps, aller vers ou contre, voir l’autre, le laisser passer, continuer, sans peur.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.