Notation – première expérimentation

Je vous soumets une première expérimentation avec la cinétographie Laban.

Les enjeux sont de taille, il me faut comprendre comment transmettre par un système d’écriture peu connu du grand public les stratégies de mouvement et leur intérêt dans le cadre de cette recherche.

Pour commencer, voici un exemple tiré d’un des axes de travail que nous avons choisi avec Daniele, et que j’ai soumis à Clarisse et Sébastien pour avancer sur l’élaboration des évolutions à apporter à MémoRekall.

Il s’agit de mettre en parallèle trois versions d’un même mouvement. On part d’un principe fondamental en notation : on écrit seulement les spécificités du mouvement, tout ce qui relève d’une exécution fonctionnelle ne sera pas décrit. Par exemple, on ne décrit pas que les bras balancent en marchant, sauf si ce détail est nécessaire à la compréhension du mouvement qu’on décrit.

C’est une descente d’une personne debout qui rapproche son centre du sol, comme pour aller s’assoir. Pour cela nous pouvons décrire le mouvement de façons différentes.

Ici je propose, au centre une version, simplifiée, proche de celle de Cosetta qui descend par une chute du centre de gravité (en rose).

À gauche, une autre façon de décrire le mouvement, par une flexion des jambes (en vert). Si le résultat est le même, au niveau de l’intention du mouvement et de la qualité de sa réalisation, ce n’est pas la même chose, ni les mêmes muscles qui sont sollicités. La demande de Cosetta à Stefania correspond à ce que fait Cosetta (la version centrale). Et ce mouvement entre en considération dans un contexte d’étude où elle cherche à faire sentir à Stefania justement ce centre du corps, centre de gravité, proche du volume du bassin. C’est un carrefour de forces indispensable à la danse de Cosetta, mais très éloigné de l’organisation corporelle première de Stefania.

La version à droite est une version simplifiée de la première approche de Stefania, avant les approfondissements proposés au cours de la résidence.

Nous y retrouvons une flexion des jambes (en vert) et un déplacement léger du centre de gravité (en rose) vers l’arrière qui vient compenser un mouvement du buste (en bleu) accompagné par les épaules (premier moteur de mouvement de Stefania – en rouge). À cela s’ajoute une légère flexion des bras (en orange) représentée par la petite croix de la même couleur.

Dancing philosophy à Barcelone, quand la danse commence à parler.

Stefania et Cosetta lors de leur intervention simultanée à la conference de Barcelone

Cosetta Graffione, danseuse et chorégraphe, rencontre le monde de la philosophie et décrit son expérience.

Avec ce texte, j’ai voulu vous raconter l’expérience d’une danseuse qui interagit avec le monde du féminisme philosophique. J’ai été invitée au séminaire Diferència sexual una ontologia pràctica?, organisé par Teresa Hoogeveen, Alina Mierlus et Andrea Ugalde (Seminari Filosofia i Gènere; ADHUC–Centre de Recerca Teoria, Gènere, Sexualitat; Màster d’Estudis de Dones, Gènere i Ciutadania – Universitat de Barcellona).
J’ai passé un très bon moment, tout d’abord j’ai rencontré des femmes et des hommes ouverts et intelligents avec lesquels j’ai eu plaisir à dialoguer. De nouveau, je veux remercier les organisatrices de leur confiance.

Leur curiosité à mon égard et au sujet de cette collaboration avec Stefania a assuré de la pertinence à mon intervention. Je crois fermement qu’il y a un besoin d’échange, de dialogue, surtout dans le monde philosophique qui pense et écrit sur la relation à l’Autre. J’imagine une plus grande ouverture et réflexion sur une certaine terminologie qui trop souvent fixe les expériences humaines. Je pense à l’un des principaux objectifs de ce projet de collaboration: Auprès des philosophes, comment stimuler de nouvelles approches, élargir leurs considérations, donner un nouveau souffle pour les sujets qu’ils aborderont dans leurs articles?
Dans notre intervention, j’ai détaillé et partagé ce que la danse apporte au parcours de recherche de Stefania. Ensuite, j’ai raconté comment, à travers une expérience corporelle, nous pouvons intégrer individualité et groupe, authenticité et homologation, frontalité et multidirectionnalité.
L’expérience quotidienne apprend au danseur qu’à travers l’utilisation de la spirale en mouvement on peut intégrer l’expérience personnelle à celle de l’autre, toutes deux valables et justifiables. Dans la création chorégraphique, les danseurs sont confrontés à la problématique constante que l’attitude corporelle de l’autre n’est pas la mienne puisque le corps est élément de l’individualité personnelle.

Tout d’abord je pense que la danse et la philosophie peuvent s’intéresser réciproquement à créer les conditions qui permettent et développent ce que chacun appelle “juste”. Pour cela, nous avons utilisé un langage singulier comme celui de l’improvisation corporelle. Comme Delphine Demont l’a très bien exprimé, “l’improvisation questionne le ressenti personnel et l’imaginaire, apprend à faire confiance à son intuition , l’analyser rapidement pour pouvoir l’organiser dans une composition dansée à plusieurs”. L’enjeu est de se représenter son schéma corporel ainsi que le rapport entre soi et ce qu’il y a autour de soi” (D. Depont). Ces mots, autour de soi, nous disent que la relation avec le mouvement (ou la connaissance) de l’AUTRE est toujours présente.

Deuxièmement, il y a l’intégration et le travail de disponibilité à l’autre qui dans le mouvement et dans la philosophie peuvent définir ensemble un espace d’exploration de l’altérité qui amène le danseur comme le philosophe à s’écouter, se connaître et se reconnaître, s’autoriser les diverses possibilités du geste ou de la pensée.

Les participantes et participants au séminaire m’ont demandé comment, dans la danse, nous intégrons ce que nous ne comprenons pas, ce que nous ne voulons pas voir. Je dirais sans chercher à le détourner ou déplacer, dans le sens de lui donner l’espace et le temps d’exister. Avoir quelqu’un qui danse avec moi et différemment de moi signifie créer de nouvelles coordinations et de nouvelles possibilités d’élargir la conscience. Il s’agit de vivre le différent comme une nécessité intérieure, une évidence et non pas comme une décision.

J’ai fini cette belle rencontre en répondant à la question si, avec Stefania, nous pourrions peut-être ouvrir le circuit de la pensée avec cette proposition qui est la nôtre de mélanger les compétences, de combiner la philosophie à la danse et la psychanalyse. J’ai répondu que oui, nous nous sentons prêtes à nous ouvrir, à demander, à mieux réfléchir au langage que nous utilisons. Ma première suggestion était celle de réfléchir sur certains mots que la philosophie utilise. J’ai posé ainsi ma question: Quand les philosophes ou les psychanalystes parlent d’ordre, de loi, à quoi font-ils référence ? Où est le caractère d’universalité que le mot loi impose ? J’ai pensé tout de suite à la loi de la gravitation universelle et au fait qu’elle exprime une relation qui est vraie quelles que soient les conditions dès lors que les deux mêmes variables sont en présence. Peut-on parler de loi dans d’autres conditions?
Quand on parle d’ordre, qu’est-ce qu’on aligne, régularise ?
Je ne peux m’empêcher de penser aux paroles très justes de Barbara Verzini dans “La madre nel mare” lorsqu’elle dit : “Ce qui pour moi dépasse l’ordre, c’est l’harmonie, qui ne commande pas avec une règle a priori, mais qui au contraire recherche l’accord, le rapport d’amitié, d’affinité et d’amour entre les choses”.
Le mot harmonie effleure une expérience que les féministes nous disent haut et fort : il y a une force qui ne peut être arrêtée, “un excédent” dit encore Verzini, qui ne peut être contenu dans un ordre. Stefania et moi-même en avons fait l’expérience dans l’un de nos ateliers: laisser parler notre puissance, laisser parler notre corps, aller vers ou contre, voir l’autre, le laisser passer, continuer, sans peur.

Dancing philosophy à Barcelone 

Les deux écrans – Cosetta et Stefania en directe au séminaire Diferència sexual una ontologia pràctica? (3 novembre 2021)

La collaboration entre Cosetta et moi est radicale : on relève le défi d’aller jusqu’aux racines de nos pratiques philosophique et chorégraphique, ainsi que des paroles qui s’y incarnent.

Ainsi, pendant les semaines de résidence à Wissous, je suis montée sur scène. Il s’agissait de questionner le langage philosophique à partir d’un travail sur le corps et le contact avec le langage chorégraphique.

En retour, il était important de proposer à Cosetta d’intervenir dans un séminaire de recherche. Une occasion formidable s’est présentée : j’ai été invitée au séminaire Diferència sexual una ontologia pràctica?, organisé par Teresa Hoogeveen, Alina Mierlus et Andrea Ugalde (Seminari Filosofia i Gènere; ADHUC–Centre de Recerca Teoria, Gènere, Sexualitat; Màster d’Estudis de Dones, Gènere i Ciutadania – Universitat de Barcellona).

Je remercie les organisatrices d’avoir accueilli avec ouverture et enthousiasme la proposition d’inviter Cosetta également.

Au mois de septembre, avec Cosetta nous avons beaucoup travaillé sur le(s) langage(s) – philosophique et corporel – et notre capacité de dire-vrai par ces langages.

Cosetta m’a fait remarquer que dans la danse il est très difficile de parler le langage corporel de l’autre : on retrouve ainsi dans la danse des pratiques permettant de mieux comprendre, à partir du travail sur le corps-pensant, si un certain mot, un certain discours, nous appartiennent ou pas (si on utilise les mots des autres, le corps résiste : il faut alors apprendre à reconnaitre et nommer le « non » que le corps dit).

En raison de ce travail sur la vérité, j’ai proposé de suivre le fil d’un telle problématique dans l’intervention au séminaire. Dans ma présentation (dont je publie le résumé ci-dessous), j’ai ainsi travaillé sur la question de l’idéologie – comme discours qui efface l’expérience et qui conduit à des oppositions politiques frontales – et sur la pratique de l’« authenticité », à partir des écrits de la féministe italienne Carla Lonzi et tout particulièrement de son livre Sputiamo su Hegel. On n’y retrouve pas seulement une réflexion profonde sur la question de l’idéologie, mais aussi une mise en valeur du corps dans le questionnement de la tradition philosophique et politique moderne.

L’un des points importants qui ont émergé dans l’échange avec Cosetta a été le suivant : il y a eu ce qu’elle a appelé une « transformation de vocabulaire » dans mon intervention.

J’ai en effet introduit le mot « centre » (ce mot est revenu souvent dans le travail sur le corps pendant la résidence à Wissous, à partir des remarques de Cosetta et Irénée Blin) et j’ai commencé à en faire un objet de réflexion philosophique. L’enjeu est de mettre à thème les moments dans lesquels on se déplace, dans le langage, hors de notre centre, et on emploie des mots qui ne sont pas les nôtres et qui nous empêchent de dire ce qui nous semble juste ou vrai dans une certaine situation.

Les participantes et participants au séminaire (doctorantes, doctorants et chercheuses statutaires) ont relevé le défi de notre intervention à deux voix : il y a eu des questions (en français, italien, anglais, catalan) à la fois bienveillantes et profondes adressées à toutes les deux à chaque fois que quelqu’un prenait la parole. Parmi celles-ci : est-ce qu’il a encore sens de parler de « sujet », étant donné la démarche proposée ? Dans le travail proposé, peut-on parler d’une ouverture de circuits d’énergie, ce qui ouvre aussi à une autre conception non seulement de l’échange des savoirs mais de la politique également ?

Nous avons à chaque fois répondu à partir de notre perspective et travail, mais aussi en explicitant ce qu’y émerge dans notre collaboration.

Vous trouverez ici le résumé de mon intervention:

Danse-analyse de la pensée

Espace culturel Saint-Eupéry, Wissous – Photo S. Hildebrand

J’ai démarré mon parcours d’échange avec Stefania par la quête de l’indicible. L’acte de danser parle cet indicible, il s’agit d’expérimenter ce qui nous échappe et qui nous revient dans une autre forme. C’est la sensation que ce que l’on fait ne nous appartient pas. Sensation d’être porté par autre, l’Autre, par ce fait primordial qu’est le corps. Cela a impliqué une confrontation directe avec L’EXPERIENCE CORPORELLE, le passage entre dehors et dedans, passage entre le mot qui se voit et le flux dynamique qui s’éprouve; entre les deux, passe le jeu.

Nous avons constaté qu’il y avait un langage, celui de la danse, qu’elle devait commencer à parler. Comme un petit enfant qui commence à s’exprimer avec ses parents, nous avons partagé la pratique de l’improvisation corporelle, en douceur et dans le calme, mais il fallait y aller, sans hésitation. Il fallait expérimenter, en vrai, le corps.

Après avoir choisi la thématique corps global – corps morcelé, j’ai proposé à Stefania de me suivre dans des exercices préparatoires à ces deux différentes images. J’étais persuadée que, en dansant, elle aurait pu toucher à tout, et tout qui est dansant l’aurait touchée, réveillant en elle un désir d’événements qui, au lieu d’être dans la parole, se cherchaient à travers les mouvements et leur variations possibles.

Au fur et à mesure qu’on avançait, Stefania a pu expérimenter l’ancrage organique de notre identité, la proprioception. Je lui ai proposé de connaitre mieux ce sens décrivant notre capacité à localiser chacune des parties du corps et de les ressentir. Elle a pu expérimenté comme le sens proprioceptif permet au cerveau de déterminer la position d’une partie de son corps, la vitesse et la direction d’un mouvement. Un exemple: elle a beaucoup travaillé sur les extrémités, pieds et mains, très riches en récepteurs proprioceptifs. C’était la découverte d’une nouvelle façon de se relationner à l’environnement, en trouvant un point d’ancrage autour du quel le corps s’organise: le centre de gravité. Mon but? Observer ses mouvements parasites et lui offrir un moyen d’accès à une réorganisation de son corps, à une ouverture des circuits pour qu’elle puisse s’exprimer en liberté et et bien gérer sa fatigue. La malléabilité de Stefania lui a permis ce changement et nous avons pu atteindre l’expression libre corporelle par le biais de l’improvisation instantanée.

D’où ma question plus vaste: que se passe-t-il quand le corps d’un penseur, d’un philosophe, essaie de transformer ses habitudes posturales et, ensuite, une idée en geste? Est-il fidèle, perdu, limité, exigeant, concret, abstrait dans sa façon d’agir? Les douleurs musculaires qui surviennent sont conciliables? Que fait-il avec son corps chargé de mots et d’histoires?

J’ai ensuite suivi une démarche pédagogique comme celle-ci:

INTEGRER UNE NOUVELLE ORGANISATION, NOUVEAU LANGAGE.

  • VISUALISER, imaginer le plus finement possible le mouvement dans toute sa texture et sa spatialité.
  • DECRIRE, en ne faisant pas le mouvement mais en parlant.
  • BOUGER, en laissant vivre la visualisation et en faisant appel à tous les sens.
  • CORRIGER, pour apporter les clefs de finesse d’un certain type de mouvement et sa spécificité.
  • INTEGRER les changements en passant pour les étapes de fatigue et échec.
  • COMPARER DEUX ETATS, une fois l’intégration est en place (avec le temps nécessaire), voir les états, avant et après de l’exécution et ainsi observer la réorganisation motrice.
  • COMPARER LES INFORMATIONS du cerveau à la base, par exemple, des modèles de la journée (fatigué ou pas).
  • CHANGER LES TEMPS D’EXECUTION, accélérer ou ralentir le temps d’exécution d’un geste, d’un enchainement. Porter le temps au maximum de vitesse pour que le corps n’ait qu’un choix: celui de l’état réflexe, celui de lâcher-prise.

Elargir les collaborations : les rencontres avec la communauté de Wissous

Wissous 3 octobre 2021 – Présentation publique de la première résidence

 

 

La résidence du mois de septembre, tout comme celle qui aura lieu en mars 2022, sont accueillies par la ville de Wissous, à l’Espace culturel Saint-Exupéry.

La collaboration avec les personnes qui travaillent à l’Espace culturel, l’association de danse Ewidanse, ainsi que l’une des élus a permis au projet de s’inscrire déjà dans un tissu de relations et d’institutions ancrées sur le territoire.

J’ai notamment eu l’occasion de participer à une réunion avec la directrice de l’Espace culturel, l’adjointe au Maire déléguée de la vie scolaire et à la politique culturelle, et la directrice de Ewidanse (ainsi que Cosetta et Delphine Riss, secrétaire de Cadmium). L’accueil chaleureux et l’intérêt pour le projet (à la fois le projet européen COESO et Dancing philosophy) nous ont conduit à un travail commun sur les textes d’invitation aux portes ouvertes du dimanche 3 octobre : nous avons retravaillé ensemble ces textes pendant la réunion, afin de mieux communiquer avec les écoles et les personnes qui participent aux activités de l’association et de l’Espace culturel. Cosetta et moi, à l’aide de la directrice d’Ewidanse, nous avons ensuite présenté le projet aux élèves des cours de danse ainsi qu’à leurs parents.

Ces échanges se sont approfondis lors de la présentation publique du projet, dont un moment important a été le laboratoire que nous avons proposé au public, ainsi que les échanges qui l’ont suivi. Par les questions, les réponses et l’échange d’impressions, on a ainsi amorcé une recherche collective des paroles permettant de mieux articuler à la fois l’enjeu de notre projet et celui des activités proposées aux participants pendant le laboratoire.

Dans ce contexte, nous avons pu profiter d’un échange enrichissant avec M. Touly, lors d’un entretien sur le projet à Radio Wissous.

Réorganiser l’expérience corporelle, penser autrement

Espace culturel Saint-Exupéry, Wissous – Photo L. Costantino

 

 

On a passé deux semaines de résidence à l’Espace culturel Saint-Exupéry de Wissous.

On reviendra à plusieurs reprises sur ces deux semaines ; dans ce billet je voudrais commencer par évoquer les moments qui m’ont le plus frappée, ceux qui ont capté davantage mon/notre regard et réflexion.

Le défi était (et il est encore) de taille : il s’agit de poursuivre le travail de recherche et de réflexion sur le désir et la relation à l’autre que l’on avait commencé par la lecture des textes philosophiques. Mais cela ne devait pas prendre la forme de la traduction de certaines idées dans des mouvements chorégraphiés. Tout au contraire, il s’agissait, pour moi, de commencer à apprendre un autre langage et d’autres pratiques me permettant de développer la recherche déjà entamée, pour parvenir à une compréhension plus fine des dynamiques du désir et des relations de reconnaissance.

Les moments importants de cette première résidence ont été les suivants :

  • Un travail sur la pesanteur du corps et ses appuis : c’est par-là que mon apprentissage d’un nouveau langage débute.
  • Le travail sur le stade du miroir et la constitution du sujet, à partir de la lecture de textes psychanalytiques, nous conduit à des improvisations sur le corps morcelé, sans unité (par exemple, des parties du corps – l’épaule, le genou, la poignée – sont appelées à nous conduire dans l’espace, à devenir le centre du mouvement et de la vision).
  • Mon apprentissage du nouveau langage s’approfondit par l’étude et la répétition, sous la guide de Cosetta, de certaines « phrases » du chorégraphe David Zambrano : par le Flying low et le Passing through, par l’effort de trouver-retrouver le mouvement de la spirale, il s’agit de faire l’expérience d’un corps en relation avec soi-même, l’espace et les autres. 
  • Les résistances à certains mouvements accompagnent la recherche d’un autre centre de mouvement (des épaules on passe au bassin) et la réorganisation du corps autour de celui-ci

Le désir de mots, le désir de mouvement

Cahier de Cosetta – Photo S. Hildebrand

 

Les premières semaines de travail ont été singulièrement intenses et riches en découvertes.

Je souhaite inaugurer par ce billet une série de courts articles dans lesquels je vais présenter les étapes majeures de cette première période. Le but est celui d’esquisser une carte permettant de s’orienter dans le parcours que nous avons fait.

Suite à cette première série d’articles, je proposerai plusieurs développements : la méthode philosophique mise à l’œuvre, une reprise des textes lus et discutés ensemble, l’élaboration du travail fait avec Cosetta et ses conséquences sur la compréhension philosophique du désir et des relations de reconnaissance.

Nous avons passé la première semaine de travail au CND de Paris principalement.

Pendant cette période, nous avons travaillé sur des textes de philosophie, psychanalyse, analyse du mouvement, chorégraphie (Hegel, Kojève, Lacan, Dolto, Bloom).

Le choix des textes et des auteurs a été orienté par le sujet sur lequel nous travaillons : la question du désir et les relations de reconnaissance. Comme elle l’expliquera bien dans l’un de ses billets, ce sujet ainsi que ces auteurs sont  importants pour Cosetta, en vue non seulement d’un travail de création mais aussi de la compréhension des relations humaines qui se nouent dans le travail de création, au sein du milieu professionnel de la danse.

On a lu et analysé ensemble plusieurs textes et on les a ensuite discutés à l’aide de la méthode philosophique du « partir de soi-même », mise à l’œuvre tout particulièrement par des philosophes italiennes (Diotima, La sapienza di partire da sé, Liguori, Napoli 1996). Je consacrerai un prochain billet à cette méthode, qui met au centre à la fois l’expérience et les capacités de parole et de compréhension du vrai et du juste de chacune-chacun.

Le travail philosophique sur les textes a été infléchi d’une manière importante par la visée chorégraphique : est-il possible de porter le mouvement dialectique dans l’espace et le mouvement ? Et aussi :  comment comprendre, par exemple, le rapport à l’espace et aux autres qui s’y déplacent, à partir de certaines ressources de la dialectique (dépasser les conceptions abstraites, qui isolent les éléments d’une totalité et ne pensent pas leurs relations réciproques) ? Est-ce qu’un certain langage et pratique chorégraphiques (comme celle de David Zambrano) peuvent nous permettre de problématiser la description du sujet et des rapports interpersonnels qui émerge dans la figure hégélienne du maître et de l’esclave ?

Les innovations qui s’esquissent à partir de cet échange concernent à la fois la pédagogie (par exemple : comment est-ce qu’on peut enseigner la philosophie en tirant profit de l’échange avec la chorégraphe ?) et la recherche (comment est-ce que le fait de passer par le mouvement et le corps qui pense amène à lire les textes d’une manière nouvelle ? Comment est-ce que cela rend dicible quelque chose qui passait auparavant sous silence ou que l’on ne s’autorisait pas à nommer ?)

Les défis d’un corps qui pense

Wissous– Espace Culturel Saint-Exupéry. Photo S. Hildebrand

Au mois de septembre 2021 notre projet Dancing philosophy a débuté.

Vous pouvez trouver ici une présentation du projet ainsi que le récit de sa naissance.

Les découvertes qui ont accompagné la première période de travail ont été plus importantes de que je ne l’imaginais il y a seulement quelque semaine. Pour moi, il s’est agi d’une grande occasion pour aborder d’une manière nouvelle la question qui se loge au cœur de la philosophie, à savoir la question de la vérité. J’entends par-là tout d’abord le défi de dire-vrai par rapport à ce qui nous arrive et aux relations qui nous lient aux autres.

Cette vérité est vivante et elle émerge depuis les expériences : on ne peut pas alors en figer la recherche dans des pratiques sclérosées ni l’exprimer par des mots vidés de sens par la répétition. Le travail avec la danseuse-chorégraphe, Cosetta Graffione, et la rencontre avec les autres membres du projet ont sollicité – voire même rendue nécessaire – une transformation des pratiques de recherche ainsi qu’un travail plus fin sur les mots. Plus précisément, c’est la rencontre avec une expérience de la vérité surgissant à partir du corps – d’un corps qui pense – ainsi que la relation d’échange avec l’autre qui rendent possible et nécessaire une pratique philosophique plus radicale. A savoir, une pratique qui ne soit pas détournée de sa tâche de dire quelque chose de vrai sur nous, sur le monde et sur ce que nous expérimentons.

Pendant les semaines de résidence à l’Espace culturel Saint-Exupéry de Wissous, on a ainsi cherché à relever le défi du projet COESO, dans lequel Dancing philosophy s’inscrit : il s’agit de mettre en place et d’expérimenter des formes de collaboration entre, d’une part, des chercheurs qui travaillent au sein d’institutions de recherche et d’enseignement et, d’autre part, ceux et celles qui mènent une recherche à l’extérieur de ces institutions (dans notre cas, des chorégraphes, mais dans l’ensemble de COESO il y a aussi des journalistes, des associations…). Le but est celui de multiplier les passages entre ces pratiques différentes de recherches : ce sont bien ces passages qui maintiennent les institutions vivantes et leur permettent de s’inscrire réellement dans la vie collective à laquelle elles participent. Il s’agit aussi d’élaborer un savoir au sein des contextes où on en ressent le besoin (dans nos professions, notre action politique, nos créations) ; et de faire en sorte que ce savoir circule et s’enrichisse par les échanges entre celles et ceux qui l’élaborent et les institutions de recherche.

Dans le cas de Dancing philosophy, on met en place une collaboration radicale : d’une part, par le travail sur le corps, guidé par la chorégraphe, j’ai commencé à apprendre un langage nouveau et j’ai participé aux pratiques de création artistique ; d’autre part, Cosetta a travaillé sur les textes philosophiques et elle va intervenir directement dans des contextes de recherche. Le caractère radical du projet tient aussi au fait que notre collaboration conduit à un travail sur le corps qui pense : il s’agit d’un véritable défi pour une bonne partie de la tradition philosophique, qui l’a effacé, ainsi que pour les technologies digitales, comme nous l’avons bien expérimenté dans les impasses des enseignements à distance pendant l’émergence sanitaire.

Jour 16 : présentation du travail à Wissous

La Ville de Wissous a accueilli deux semaines de travail de recherche, dans son Centre culturel Saint-Exupéry. Stefania et Cosetta ont travaillé sur scène, dans la salle de spectacle.

Dimanche 3 octobre, à l’issue de cette “résidence”, elles ont présenté leur travail à un public intéressé, principalement les élèves de l’école Ewidanse.

La présentation a duré 1h30 et s’est déroulée en trois temps : 

  • Un temps de présentation mettant en scène la philosophe et la chorégraphe,
  • Un temps pour le public, invité sur scène à essayer des choses avec son corps. L’objectif a été de se mettre en mouvement sans mettre de mots sur ce que l’on fait.
  • Un dernier temps de discussion pour revenir sur l’expérience, autour de boissons et petites choses à grignoter.

L’expérience de ces “Portes ouvertes” dans le laboratoire de recherche de Dancing philosophy a permis d’alimenter la recherche autant que d’informer les habitants du territoire sur le projet.

Merci à la Ville de Wissous pour son exceptionnel accueil ainsi qu’à l’école Ewidanse pour sa communication et son apéritif !

Jour zéro : organisation

9 septembre 2021, Mouy (Oise / France)

Le premier jour de travail de l’équipe du Pilote 2 du projet COESO s’est tenu à Mouy, dans l’Oise, le 9 septembre 2021. Se sont rassemblés masqués, de gauche à droite sur la photo :

  • Irénée Blin, chorégraphe, danseuse et notatrice, CADMIUM Compagnie, 
  • Clarisse Bardiot, chercheuse en arts de la scène et humanités numériques, conceptrice de MémoRekall, Université Polytechnique des Hauts-de-France, 
  • Stefania Ferrando, chercheuse en philosophie, Université Polytechnique des Hauts-de-France, 
  • Daniele Marranca, artiste visuel, performeur, graphiste, CADMIUM Compagnie, 
  • Cosetta Graffione, chorégraphe et danseuse, CADMIUM Compagnie, 
  • Sébastien Hildenbrand, ingénieur d’études, Université Polytechnique des Hauts-de-France, 
  • Également présente : Delphine Riss, coordinatrice, CADMIUM Compagnie.

Ce “jour de travail zéro” a permis de rappeler les rôles de chacun et de s’accorder sur les objectifs, méthodes de travail et planning. 

Du côté de la philosophe et de la danseuse se profile notamment un enjeu de travail sur le langage : on ne peut pas toujours dire très précisément ce que l’on ressent, les mots et les idées sont parfois insuffisants. Est-il possible de gagner en finesse en passant par un autre langage, celui du corps ? Est-ce que la danse peut aider à penser, partant à s’émanciper ? Peut-elle aider le philosophe à se sentir libre ? On cherche à s’éloigner des rapports traditionnellement tissés entre la danse et la philosophie, par lesquels la danse tend à illustrer la pensée et à interpréter les idées sous forme “spectaculaire”. Il s’agira d’observer et analyser ce qui se passe dans la relation entre la philosophe et la danseuse, d’éprouver la danse dans sa capacité à aider la philosophe à penser, de faire l’expérience de “penser par le corps”.

Du côté des “travaux de documentation” :

  • L’enjeu, pour la notatrice (Irénée Blin) est de parvenir à noter le travail de recherche en cours. La notation permet habituellement de fixer de manière précise la chorégraphie d’un spectacle. Dans le cadre de Dancing Philosophy, ce n’est pas un spectacle que l’on note, c’est un processus de travail que l’on cherche à mémoriser… Un défi en notation !
  • L’objectif du projet, pour Clarisse Bardiot, est d’aboutir une nouvelle version de MémoRekall. MémoRekall est un logiciel d’annotations multimédia, qui permet de documenter de manière précise les oeuvres scéniques. Aux origines de MémoRekall, il y a le constat que la traditionnelle captation vidéo n’est pas suffisante pour bien comprendre et transmettre les oeuvres scéniques. MémoRekall a déjà permis d’annoter de nombreuses créations ; il s’agira ici d’annoter un processus de recherche dans ce qu’il comporte d’évolutif. Il s’agira bien de documenter la rencontre entre la philosophe et la danseuse, et pas de mémoriser le produit chorégraphique, aussi abouti soit-il. L’autre objectif de MémoRekall dans ce projet (hors Pilote 2) est de concevoir une API pour connecter le logiciel à la plateforme collaborative VERA. 

Un temps de la journée de travail est consacré à un entretien avec l’équipe de Science Po, Jessica Pidoux et Dominique Boullier, qui observent la manière dont travaillent les équipes des Pilotes. 

Prochaine étape : deux semaines de résidence pour Stefania et Cosetta (la philosophe et la danseuse) au Centre culturel Saint-Ex de Wissous (Essonne), du 20 septembre au 3 octobre, avec les interventions ponctuelles de Irénée (notatrice), Daniele (prise de vues) et Sébastien (prises de vue pour MémoRekall).