Collaboration et engagement Pilot 2 “Dancing philosophy”

Le rapport entre soi et ce qu’il y a autour de soi.

texte de Cosetta Graffione, danseuse et chorégraphe du pilot.

Screenshot lors du dernier meeting MLE en janvier 2022.

Voyez ci-dessus cette belle série de visages qui nous sourient, qui nous parlent, ces vies qui se croisent autour de Coeso?

À la base du pilot 2 il y a le désir de parler de ce croisement, cette relation universelle à l’Autre, de la pratiquer intellectuellement et corporellement. Chacun de nous a exploré tout d’abord son histoire personnelle, ses aspirations et ses objectifs, en se questionnant sur le travail collaboratif et comment il pourrait améliorer la connaissance autour de la relation à l’Autre.

Dans notre pilote, il y a beaucoup d’intervenants avec des compétences différentes, l’organisation doit toujours être suivie de près.

Au départ, nous avons déployé ensemble les conditions nécessaires dans lesquelles on parvient tous à exprimer nos meilleures idées, et à les discuter entre nous. Le travail collectif a pu alors démarrer. En s’appuyant sur la phase de réflexion personnelle, nous avons sollicité chaque membre du groupe pour faire émerger des solutions et trouver une réponse à ses aspirations.

Je veux me concentrer sur un élément qui, pour moi, rend la collaboration et l’engagement possibles: la confiance au groupe, et je m’interroge souvent sur les conditions spécifiques et les pratiques à développer pour y parvenir.

Aujourd’hui je peux dire que personnellement je suis engagée avec mon équipe parce qu’avant tout, je crois en elle, je soutiens sa parole et je reconnais son rôle. C’est aussi la reconnaissance (thématique centrale du pilot 2) de chaque membre du groupe qui rend possible un esprit véritablement collaboratif et engagé et qui permettra à chacun de nous de créer un intérêt vers l’autre dans le but de coopérer. Cela demande également que chacun s’approprie l’intérêt commun, en mettant de côté ses aspirations personnelles.

Pendant ce premier volet du projet, les différents acteurs du pilot 2 ont su mettre en œuvre une coopération fondée sur la confiance et la prise de risque. Nous étions tous ensemble, chacun à son rythme et selon ses possibilités, avec nos diversités de compétences. Ainsi, la sensation «d’être déplacés» dans de nouveaux champs d’action a poussé chacun de nous vers une disposition: celle de faire cohabiter les rêves et la réalité avec audace, conscience et enthousiasme.

L’importance de la diversité du groupe et sa capacité d’autogestion sont à présent fondamentales pour la réussite de cette première phase car nous voulons voir jusqu’où nous pouvons nous pousser en autonomie, sans nous isoler progressivement dans nos habitudes et certitudes.

En dernier, je veux souligner que, selon mon expérience personnelle, ce n’est pas la mise à disposition de talents individuels qui joue un rôle dans l’engagement collectif mais plutôt la qualité des interactions entre les participants.

Dancing philosophy à Barcelone, quand la danse commence à parler.

Stefania et Cosetta lors de leur intervention simultanée à la conference de Barcelone

Cosetta Graffione, danseuse et chorégraphe, rencontre le monde de la philosophie et décrit son expérience.

Avec ce texte, j’ai voulu vous raconter l’expérience d’une danseuse qui interagit avec le monde du féminisme philosophique. J’ai été invitée au séminaire Diferència sexual una ontologia pràctica?, organisé par Teresa Hoogeveen, Alina Mierlus et Andrea Ugalde (Seminari Filosofia i Gènere; ADHUC–Centre de Recerca Teoria, Gènere, Sexualitat; Màster d’Estudis de Dones, Gènere i Ciutadania – Universitat de Barcellona).
J’ai passé un très bon moment, tout d’abord j’ai rencontré des femmes et des hommes ouverts et intelligents avec lesquels j’ai eu plaisir à dialoguer. De nouveau, je veux remercier les organisatrices de leur confiance.

Leur curiosité à mon égard et au sujet de cette collaboration avec Stefania a assuré de la pertinence à mon intervention. Je crois fermement qu’il y a un besoin d’échange, de dialogue, surtout dans le monde philosophique qui pense et écrit sur la relation à l’Autre. J’imagine une plus grande ouverture et réflexion sur une certaine terminologie qui trop souvent fixe les expériences humaines. Je pense à l’un des principaux objectifs de ce projet de collaboration: Auprès des philosophes, comment stimuler de nouvelles approches, élargir leurs considérations, donner un nouveau souffle pour les sujets qu’ils aborderont dans leurs articles?
Dans notre intervention, j’ai détaillé et partagé ce que la danse apporte au parcours de recherche de Stefania. Ensuite, j’ai raconté comment, à travers une expérience corporelle, nous pouvons intégrer individualité et groupe, authenticité et homologation, frontalité et multidirectionnalité.
L’expérience quotidienne apprend au danseur qu’à travers l’utilisation de la spirale en mouvement on peut intégrer l’expérience personnelle à celle de l’autre, toutes deux valables et justifiables. Dans la création chorégraphique, les danseurs sont confrontés à la problématique constante que l’attitude corporelle de l’autre n’est pas la mienne puisque le corps est élément de l’individualité personnelle.

Tout d’abord je pense que la danse et la philosophie peuvent s’intéresser réciproquement à créer les conditions qui permettent et développent ce que chacun appelle “juste”. Pour cela, nous avons utilisé un langage singulier comme celui de l’improvisation corporelle. Comme Delphine Demont l’a très bien exprimé, “l’improvisation questionne le ressenti personnel et l’imaginaire, apprend à faire confiance à son intuition , l’analyser rapidement pour pouvoir l’organiser dans une composition dansée à plusieurs”. L’enjeu est de se représenter son schéma corporel ainsi que le rapport entre soi et ce qu’il y a autour de soi” (D. Depont). Ces mots, autour de soi, nous disent que la relation avec le mouvement (ou la connaissance) de l’AUTRE est toujours présente.

Deuxièmement, il y a l’intégration et le travail de disponibilité à l’autre qui dans le mouvement et dans la philosophie peuvent définir ensemble un espace d’exploration de l’altérité qui amène le danseur comme le philosophe à s’écouter, se connaître et se reconnaître, s’autoriser les diverses possibilités du geste ou de la pensée.

Les participantes et participants au séminaire m’ont demandé comment, dans la danse, nous intégrons ce que nous ne comprenons pas, ce que nous ne voulons pas voir. Je dirais sans chercher à le détourner ou déplacer, dans le sens de lui donner l’espace et le temps d’exister. Avoir quelqu’un qui danse avec moi et différemment de moi signifie créer de nouvelles coordinations et de nouvelles possibilités d’élargir la conscience. Il s’agit de vivre le différent comme une nécessité intérieure, une évidence et non pas comme une décision.

J’ai fini cette belle rencontre en répondant à la question si, avec Stefania, nous pourrions peut-être ouvrir le circuit de la pensée avec cette proposition qui est la nôtre de mélanger les compétences, de combiner la philosophie à la danse et la psychanalyse. J’ai répondu que oui, nous nous sentons prêtes à nous ouvrir, à demander, à mieux réfléchir au langage que nous utilisons. Ma première suggestion était celle de réfléchir sur certains mots que la philosophie utilise. J’ai posé ainsi ma question: Quand les philosophes ou les psychanalystes parlent d’ordre, de loi, à quoi font-ils référence ? Où est le caractère d’universalité que le mot loi impose ? J’ai pensé tout de suite à la loi de la gravitation universelle et au fait qu’elle exprime une relation qui est vraie quelles que soient les conditions dès lors que les deux mêmes variables sont en présence. Peut-on parler de loi dans d’autres conditions?
Quand on parle d’ordre, qu’est-ce qu’on aligne, régularise ?
Je ne peux m’empêcher de penser aux paroles très justes de Barbara Verzini dans “La madre nel mare” lorsqu’elle dit : “Ce qui pour moi dépasse l’ordre, c’est l’harmonie, qui ne commande pas avec une règle a priori, mais qui au contraire recherche l’accord, le rapport d’amitié, d’affinité et d’amour entre les choses”.
Le mot harmonie effleure une expérience que les féministes nous disent haut et fort : il y a une force qui ne peut être arrêtée, “un excédent” dit encore Verzini, qui ne peut être contenu dans un ordre. Stefania et moi-même en avons fait l’expérience dans l’un de nos ateliers: laisser parler notre puissance, laisser parler notre corps, aller vers ou contre, voir l’autre, le laisser passer, continuer, sans peur.

Danse-analyse de la pensée

Espace culturel Saint-Eupéry, Wissous – Photo S. Hildebrand

J’ai démarré mon parcours d’échange avec Stefania par la quête de l’indicible. L’acte de danser parle cet indicible, il s’agit d’expérimenter ce qui nous échappe et qui nous revient dans une autre forme. C’est la sensation que ce que l’on fait ne nous appartient pas. Sensation d’être porté par autre, l’Autre, par ce fait primordial qu’est le corps. Cela a impliqué une confrontation directe avec L’EXPERIENCE CORPORELLE, le passage entre dehors et dedans, passage entre le mot qui se voit et le flux dynamique qui s’éprouve; entre les deux, passe le jeu.

Nous avons constaté qu’il y avait un langage, celui de la danse, qu’elle devait commencer à parler. Comme un petit enfant qui commence à s’exprimer avec ses parents, nous avons partagé la pratique de l’improvisation corporelle, en douceur et dans le calme, mais il fallait y aller, sans hésitation. Il fallait expérimenter, en vrai, le corps.

Après avoir choisi la thématique corps global – corps morcelé, j’ai proposé à Stefania de me suivre dans des exercices préparatoires à ces deux différentes images. J’étais persuadée que, en dansant, elle aurait pu toucher à tout, et tout qui est dansant l’aurait touchée, réveillant en elle un désir d’événements qui, au lieu d’être dans la parole, se cherchaient à travers les mouvements et leur variations possibles.

Au fur et à mesure qu’on avançait, Stefania a pu expérimenter l’ancrage organique de notre identité, la proprioception. Je lui ai proposé de connaitre mieux ce sens décrivant notre capacité à localiser chacune des parties du corps et de les ressentir. Elle a pu expérimenté comme le sens proprioceptif permet au cerveau de déterminer la position d’une partie de son corps, la vitesse et la direction d’un mouvement. Un exemple: elle a beaucoup travaillé sur les extrémités, pieds et mains, très riches en récepteurs proprioceptifs. C’était la découverte d’une nouvelle façon de se relationner à l’environnement, en trouvant un point d’ancrage autour du quel le corps s’organise: le centre de gravité. Mon but? Observer ses mouvements parasites et lui offrir un moyen d’accès à une réorganisation de son corps, à une ouverture des circuits pour qu’elle puisse s’exprimer en liberté et et bien gérer sa fatigue. La malléabilité de Stefania lui a permis ce changement et nous avons pu atteindre l’expression libre corporelle par le biais de l’improvisation instantanée.

D’où ma question plus vaste: que se passe-t-il quand le corps d’un penseur, d’un philosophe, essaie de transformer ses habitudes posturales et, ensuite, une idée en geste? Est-il fidèle, perdu, limité, exigeant, concret, abstrait dans sa façon d’agir? Les douleurs musculaires qui surviennent sont conciliables? Que fait-il avec son corps chargé de mots et d’histoires?

J’ai ensuite suivi une démarche pédagogique comme celle-ci:

INTEGRER UNE NOUVELLE ORGANISATION, NOUVEAU LANGAGE.

  • VISUALISER, imaginer le plus finement possible le mouvement dans toute sa texture et sa spatialité.
  • DECRIRE, en ne faisant pas le mouvement mais en parlant.
  • BOUGER, en laissant vivre la visualisation et en faisant appel à tous les sens.
  • CORRIGER, pour apporter les clefs de finesse d’un certain type de mouvement et sa spécificité.
  • INTEGRER les changements en passant pour les étapes de fatigue et échec.
  • COMPARER DEUX ETATS, une fois l’intégration est en place (avec le temps nécessaire), voir les états, avant et après de l’exécution et ainsi observer la réorganisation motrice.
  • COMPARER LES INFORMATIONS du cerveau à la base, par exemple, des modèles de la journée (fatigué ou pas).
  • CHANGER LES TEMPS D’EXECUTION, accélérer ou ralentir le temps d’exécution d’un geste, d’un enchainement. Porter le temps au maximum de vitesse pour que le corps n’ait qu’un choix: celui de l’état réflexe, celui de lâcher-prise.