Wissous, second temps de travail

Du 23 mars au 3 avril, le Centre culturel Saint-Exupéry de Wissous accueille pour la seconde fois un temps de travail de Dansophie / Dancing philosophy, recherche qui s’inscrit dans le cadre du projet européen COESO sur les sciences collaboratives. Dansophie croise les questionnements d’une chorégraphe-danseuse avec ceux d’une philosophe, et aboutit sur un travail d’écriture, de notation et de documentation multimédia.

Ce second temps de travail à Wissous se concentrera sur les notions de dicible et d’indicible autour des enjeux de mise en langage – en mots, en voix, en signes : que peut dire la philosophie, que peut dire la danse ? Que ne peuvent-elles dire ?

Ce temps de travail débouchera sur une présentation ouverte au public, avec la possibilité pour celles et ceux qui le souhaitent de participer à un temps d’atelier dansé. Cette présentation sera suivie d’un moment convivial de discussion et d’apéritif.

Rendez-vous le dimanche 3 avril à 11h à l’Espace Culturel Saint-Exupéry de Wissous.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Stefania et Cosetta au Centre culturel Saint-Exupéry de Wissous en septembre 2021.
Crédit photo : Sébastien Hildebrand

Jour 16 : présentation du travail à Wissous

La Ville de Wissous a accueilli deux semaines de travail de recherche, dans son Centre culturel Saint-Exupéry. Stefania et Cosetta ont travaillé sur scène, dans la salle de spectacle.

Dimanche 3 octobre, à l’issue de cette “résidence”, elles ont présenté leur travail à un public intéressé, principalement les élèves de l’école Ewidanse.

La présentation a duré 1h30 et s’est déroulée en trois temps : 

  • Un temps de présentation mettant en scène la philosophe et la chorégraphe,
  • Un temps pour le public, invité sur scène à essayer des choses avec son corps. L’objectif a été de se mettre en mouvement sans mettre de mots sur ce que l’on fait.
  • Un dernier temps de discussion pour revenir sur l’expérience, autour de boissons et petites choses à grignoter.

L’expérience de ces “Portes ouvertes” dans le laboratoire de recherche de Dancing philosophy a permis d’alimenter la recherche autant que d’informer les habitants du territoire sur le projet.

Merci à la Ville de Wissous pour son exceptionnel accueil ainsi qu’à l’école Ewidanse pour sa communication et son apéritif !

Jour zéro : organisation

9 septembre 2021, Mouy (Oise / France)

Le premier jour de travail de l’équipe du Pilote 2 du projet COESO s’est tenu à Mouy, dans l’Oise, le 9 septembre 2021. Se sont rassemblés masqués, de gauche à droite sur la photo :

  • Irénée Blin, chorégraphe, danseuse et notatrice, CADMIUM Compagnie, 
  • Clarisse Bardiot, chercheuse en arts de la scène et humanités numériques, conceptrice de MémoRekall, Université Polytechnique des Hauts-de-France, 
  • Stefania Ferrando, chercheuse en philosophie, Université Polytechnique des Hauts-de-France, 
  • Daniele Marranca, artiste visuel, performeur, graphiste, CADMIUM Compagnie, 
  • Cosetta Graffione, chorégraphe et danseuse, CADMIUM Compagnie, 
  • Sébastien Hildenbrand, ingénieur d’études, Université Polytechnique des Hauts-de-France, 
  • Également présente : Delphine Riss, coordinatrice, CADMIUM Compagnie.

Ce “jour de travail zéro” a permis de rappeler les rôles de chacun et de s’accorder sur les objectifs, méthodes de travail et planning. 

Du côté de la philosophe et de la danseuse se profile notamment un enjeu de travail sur le langage : on ne peut pas toujours dire très précisément ce que l’on ressent, les mots et les idées sont parfois insuffisants. Est-il possible de gagner en finesse en passant par un autre langage, celui du corps ? Est-ce que la danse peut aider à penser, partant à s’émanciper ? Peut-elle aider le philosophe à se sentir libre ? On cherche à s’éloigner des rapports traditionnellement tissés entre la danse et la philosophie, par lesquels la danse tend à illustrer la pensée et à interpréter les idées sous forme “spectaculaire”. Il s’agira d’observer et analyser ce qui se passe dans la relation entre la philosophe et la danseuse, d’éprouver la danse dans sa capacité à aider la philosophe à penser, de faire l’expérience de “penser par le corps”.

Du côté des “travaux de documentation” :

  • L’enjeu, pour la notatrice (Irénée Blin) est de parvenir à noter le travail de recherche en cours. La notation permet habituellement de fixer de manière précise la chorégraphie d’un spectacle. Dans le cadre de Dancing Philosophy, ce n’est pas un spectacle que l’on note, c’est un processus de travail que l’on cherche à mémoriser… Un défi en notation !
  • L’objectif du projet, pour Clarisse Bardiot, est d’aboutir une nouvelle version de MémoRekall. MémoRekall est un logiciel d’annotations multimédia, qui permet de documenter de manière précise les oeuvres scéniques. Aux origines de MémoRekall, il y a le constat que la traditionnelle captation vidéo n’est pas suffisante pour bien comprendre et transmettre les oeuvres scéniques. MémoRekall a déjà permis d’annoter de nombreuses créations ; il s’agira ici d’annoter un processus de recherche dans ce qu’il comporte d’évolutif. Il s’agira bien de documenter la rencontre entre la philosophe et la danseuse, et pas de mémoriser le produit chorégraphique, aussi abouti soit-il. L’autre objectif de MémoRekall dans ce projet (hors Pilote 2) est de concevoir une API pour connecter le logiciel à la plateforme collaborative VERA. 

Un temps de la journée de travail est consacré à un entretien avec l’équipe de Science Po, Jessica Pidoux et Dominique Boullier, qui observent la manière dont travaillent les équipes des Pilotes. 

Prochaine étape : deux semaines de résidence pour Stefania et Cosetta (la philosophe et la danseuse) au Centre culturel Saint-Ex de Wissous (Essonne), du 20 septembre au 3 octobre, avec les interventions ponctuelles de Irénée (notatrice), Daniele (prise de vues) et Sébastien (prises de vue pour MémoRekall). 

Dansophie/Dancing philosophy

Ce carnet accompagne le projet de recherche participative Dansophie/Dancing philosophy, projet pilote qui fait partie du projet européen COESO – Collaborative Engagement for Societal Issues.

Le projet se fonde sur une collaboration intensive entre une chorégraphe et danseuse (Cosetta Graffione), une philosophe (Stefania Ferrando). Il associe également une chorégraphe, danseuse et pédagogue, spécialisée en Cinétographie Laban et experte en Analyse Fonctionnelle du Corps dans le Mouvement Dansé (Irénée Blin), un artiste performeur, metteur en scène et graphiste (Daniele Marranca) ; ainsi qu’une professeure en arts de la scène et humanités numériques à l’Université Polytechnique des Hauts-de-France qui développe le logiciel MemoRekall (Clarisse Bardiot) et un ingénieur d’études (Sébastien Hildebrand).

L’enjeu de la collaboration entre la danse et la philosophie est d’explorer la question du désir, dans ses liens multiples aux pratiques de reconnaissance.
Le développement philosophique de ces sujets est confronté à la difficulté majeure de comprendre de manière adéquate l’expérience d’un désir incarné et singulier. L’analyse philosophique diffuse ne parvient en effet pas à donner des outils pour ressaisir ces questions à leur racine.
En même temps, du point de vue chorégraphique, l’observation factuelle et décontextualisée des mouvements et sources d’inspiration souvent communes entre plusieurs choix chorégraphiques actuels, offre à la chorégraphe le terrain idéal pour se questionner à nouveau sur les notions de “Soi” et “Autre” et voir comment les paroles philosophiques pourraient s’incarner et ouvrir à la danse contemporaine de nouveaux horizons.
Le projet prend forme au moment où les questions suivantes sont posées : est-il possible de rendre accessible, même dans des milieux non techniques, la parole philosophique autour de la question du désir ? Est-il possible que, en passant par une chorégraphie, les thématiques de recherche, souvent difficiles à verbaliser, soient plus inclusives si la perception et la corporéité sont mises en valeur ?
L’idée est que l’on passe d’une vision absolue de la pensée à une expérience corporelle singulière, qui permette de réveiller et expérimenter les sensations et intensités de la thématique du désir et de la reconnaissance.
Ainsi, l’échange avec l’autre, ainsi que la transformation de soi dans la relation, ne sont pas seulement un objet de pensée : ils sont la forme même de notre travail commun. La question de la reconnaissance et du désir sera comprise à la hauteur des épreuves qui vont surgir dans une coopération où chacune et chacun de nous, grâce à la relation avec l’autre, va être déplacé de ses pratiques habituelles et de ses références disciplinaires. Le but est que chacune et chacun soit amené à transformer sa propre pratique pour mieux la réaliser.
Irenée Blin assure le travail de notation. La notation, davantage utilisée habituellement pour écrire un aboutissement de mouvements chorégraphiés, aura ici un usage particulier. En effet, elle servira à garder une trace de l’évolution des interactions entre la danseuse et la philosophe. La notation doit permettre de documenter leur usage du mouvement dans toutes ses caractéristiques (durée, amplitude, niveau, rotation, orientation, direction…), de l’espace, de leurs contacts physiques ou distanciés.

La documentation de la recherche sera également assurée par Daniele Marranca qui réalisera des images (photos, vidéos), et de Clarisse Bardiot et Sébastien Hildebrand qui produiront des “capsules” (ou systèmes d’annotations multimédias) avec le logiciel MemoRekall.

Ces documentations seront réalisées de façon coordonnée et mises en relation entre elles. Le but est autant de documenter le projet que de favoriser l’accessibilité à la recherche de Dansophie et à la notation.

Ce projet de collaboration est porté par CADMIUM Compagnie, structure qui développe des productions artistiques multidisciplinaires, et l’Université Polytechnique des Hauts-de-France. Il correspond au Pilote 2 du projet européen COESO porté par l’EHESS.