Insieme/Ensemble

(la version française se trouve dans la deuxième partie du billet)

Photo de S. Hildebrand

Lavorare insieme

In questo caso, tutto nasce da una domanda. Non la mia. La domanda viene da lei, da Cosetta, la coreografa e danzatrice.

E in fondo, in quanti altri modi si può innescare la filosofia? Perché ci sia la passione, il desiderio, l’amore per il pensare che la pratica filosofica porta fin nel suo nome, ci vuole una domanda: cerchi di trovare le parole giuste e di capire, perché senti che ne va di te. Solo così non è ripetizione di parole già dette, che scivolano sulla realtà e l’esperienza, o ti imprigionano dal di fuori.

La domanda di Cosetta era: mi spieghi meglio Hegel, la Fenomenologia, la dialettica servo signore? Mi serve per capire meglio la psicoanalisi e Lacan.

C’era una seconda domanda, nascosta dietro la prima, una traccia da seguire: con quali parole si può dire il desiderio e l’amore, come racapezzarsi nei tanti giri misteriosi che ci fanno fare, come dire quello che ostacola le buone relazioni, ad esempio durante una creazione, tra ballerine?

Ed io?

Anche io avevo una domanda, ma non lo sapevo. La possibilità di incontrare questa domanda e di formularla è il primo e più importante dono della nostra collaborazione.

Come si fa a praticare la filosofia, a scrivere, insegnare con piacere, e quindi con verità, in un modo che non spacchi a metà, che non scinda l’esperienza dalle parole, il pensare dal corpo – dalle viscere?

E da qui un’altra domanda: In che modo non si spacca l’aula? In che modo non la si fa a pezzi, come accade quando chi insegna si separa da chi apprende, dalle altre persone nell’aula, o come quando studenti e studentesse ingaggiano una competizione che distrugge la possibilità delle relazioni e di un apprendimento vero, che conti per ciascuna e ciascuno?

Una domanda esplicita della danzatrice, che ne nasconde una seconda più profonda, e va in cerca di uno scambio di capacità, conoscenze ed esperienze.

Una domanda non formulata, la mia, che prende forma quando la possibilità di quello scambio si manifesta e si materializza, nel corpo e nelle parole, via via che il lavoro comune procede, lo scambio diventa più intenso e aperto, meno protetto, più esposto.

Travailler ensemble


Dans ce cas, tout part d’une question. Pas la mienne. La question vient d’elle, de Cosetta, la chorégraphe et danseuse.
Après tout, de quelle manière la philosophie peut-elle être déclenchée ? Pour qu’il y ait la passion, l’amour que la pratique de la connaissance philosophique devrait porter en elle, jusque dans son nom, il faut qu’une question surgisse : on essaie de trouver les mots justes et de comprendre, parce qu’on sent que nous y sommes entièrement en jeu.
Ainsi, il n’y a pas répétition de mots déjà dits, qui glissent sur la réalité et l’expérience, ou nous emprisonnent de l’extérieur.
La question de Cosetta était : peux-tu mieux m’expliquer Hegel, la Phénoménologie, la dialectique maitre-esclave ? J’en ai besoin pour mieux comprendre la psychanalyse et Lacan.
Il y avait une deuxième question, cachée derrière la première, une trace à suivre : avec quels mots peut-on dire le désir et l’amour, comment s’orienter dans leurs nombreux détours, comment dire ce qui bloque et abime les bonnes relations, par exemple pendant une création, entre danseuses ?

Et moi, alors ?
Moi aussi, j’avais une question, mais je ne la connaissais pas. La possibilité de rencontrer cette question et de la formuler est le premier et le plus important don de notre collaboration.
Comment pratiquer la philosophie, écrire, enseigner avec plaisir et donc avec vérité, d’une manière qui ne sépare pas l’expérience des mots, la pensée du corps ?
D’où une autre question : comment ne pas diviser la classe ? Comment ne pas la briser, comme c’est le cas lorsque ceux ou celles qui enseignent se séparent de ceux et celles qui apprennent, des autres personnes présentes dans la classe, ou lorsque les élèves s’engagent dans une compétition qui détruit la possibilité des relations et d’un apprentissage véritable, qui compte pour chacune et chacun ?

Une question explicite de la danseuse qui en cache une deuxième, plus profonde, qui suscite un échange de compétences, de connaissances et d’expériences.
Une question non dite, la mienne, qui prend forme lorsque la possibilité de cet échange se manifeste et se matérialise, dans le corps et dans les mots, au fur et à mesure que le travail commun avance, l’échange devient plus intense et ouvert, moins protégé, plus exposé.

Dancing philosophy à Barcelone 

Les deux écrans – Cosetta et Stefania en directe au séminaire Diferència sexual una ontologia pràctica? (3 novembre 2021)

La collaboration entre Cosetta et moi est radicale : on relève le défi d’aller jusqu’aux racines de nos pratiques philosophique et chorégraphique, ainsi que des paroles qui s’y incarnent.

Ainsi, pendant les semaines de résidence à Wissous, je suis montée sur scène. Il s’agissait de questionner le langage philosophique à partir d’un travail sur le corps et le contact avec le langage chorégraphique.

En retour, il était important de proposer à Cosetta d’intervenir dans un séminaire de recherche. Une occasion formidable s’est présentée : j’ai été invitée au séminaire Diferència sexual una ontologia pràctica?, organisé par Teresa Hoogeveen, Alina Mierlus et Andrea Ugalde (Seminari Filosofia i Gènere; ADHUC–Centre de Recerca Teoria, Gènere, Sexualitat; Màster d’Estudis de Dones, Gènere i Ciutadania – Universitat de Barcellona).

Je remercie les organisatrices d’avoir accueilli avec ouverture et enthousiasme la proposition d’inviter Cosetta également.

Au mois de septembre, avec Cosetta nous avons beaucoup travaillé sur le(s) langage(s) – philosophique et corporel – et notre capacité de dire-vrai par ces langages.

Cosetta m’a fait remarquer que dans la danse il est très difficile de parler le langage corporel de l’autre : on retrouve ainsi dans la danse des pratiques permettant de mieux comprendre, à partir du travail sur le corps-pensant, si un certain mot, un certain discours, nous appartiennent ou pas (si on utilise les mots des autres, le corps résiste : il faut alors apprendre à reconnaitre et nommer le « non » que le corps dit).

En raison de ce travail sur la vérité, j’ai proposé de suivre le fil d’un telle problématique dans l’intervention au séminaire. Dans ma présentation (dont je publie le résumé ci-dessous), j’ai ainsi travaillé sur la question de l’idéologie – comme discours qui efface l’expérience et qui conduit à des oppositions politiques frontales – et sur la pratique de l’« authenticité », à partir des écrits de la féministe italienne Carla Lonzi et tout particulièrement de son livre Sputiamo su Hegel. On n’y retrouve pas seulement une réflexion profonde sur la question de l’idéologie, mais aussi une mise en valeur du corps dans le questionnement de la tradition philosophique et politique moderne.

L’un des points importants qui ont émergé dans l’échange avec Cosetta a été le suivant : il y a eu ce qu’elle a appelé une « transformation de vocabulaire » dans mon intervention.

J’ai en effet introduit le mot « centre » (ce mot est revenu souvent dans le travail sur le corps pendant la résidence à Wissous, à partir des remarques de Cosetta et Irénée Blin) et j’ai commencé à en faire un objet de réflexion philosophique. L’enjeu est de mettre à thème les moments dans lesquels on se déplace, dans le langage, hors de notre centre, et on emploie des mots qui ne sont pas les nôtres et qui nous empêchent de dire ce qui nous semble juste ou vrai dans une certaine situation.

Les participantes et participants au séminaire (doctorantes, doctorants et chercheuses statutaires) ont relevé le défi de notre intervention à deux voix : il y a eu des questions (en français, italien, anglais, catalan) à la fois bienveillantes et profondes adressées à toutes les deux à chaque fois que quelqu’un prenait la parole. Parmi celles-ci : est-ce qu’il a encore sens de parler de « sujet », étant donné la démarche proposée ? Dans le travail proposé, peut-on parler d’une ouverture de circuits d’énergie, ce qui ouvre aussi à une autre conception non seulement de l’échange des savoirs mais de la politique également ?

Nous avons à chaque fois répondu à partir de notre perspective et travail, mais aussi en explicitant ce qu’y émerge dans notre collaboration.

Vous trouverez ici le résumé de mon intervention:

Elargir les collaborations : les rencontres avec la communauté de Wissous

Wissous 3 octobre 2021 – Présentation publique de la première résidence

 

 

La résidence du mois de septembre, tout comme celle qui aura lieu en mars 2022, sont accueillies par la ville de Wissous, à l’Espace culturel Saint-Exupéry.

La collaboration avec les personnes qui travaillent à l’Espace culturel, l’association de danse Ewidanse, ainsi que l’une des élus a permis au projet de s’inscrire déjà dans un tissu de relations et d’institutions ancrées sur le territoire.

J’ai notamment eu l’occasion de participer à une réunion avec la directrice de l’Espace culturel, l’adjointe au Maire déléguée de la vie scolaire et à la politique culturelle, et la directrice de Ewidanse (ainsi que Cosetta et Delphine Riss, secrétaire de Cadmium). L’accueil chaleureux et l’intérêt pour le projet (à la fois le projet européen COESO et Dancing philosophy) nous ont conduit à un travail commun sur les textes d’invitation aux portes ouvertes du dimanche 3 octobre : nous avons retravaillé ensemble ces textes pendant la réunion, afin de mieux communiquer avec les écoles et les personnes qui participent aux activités de l’association et de l’Espace culturel. Cosetta et moi, à l’aide de la directrice d’Ewidanse, nous avons ensuite présenté le projet aux élèves des cours de danse ainsi qu’à leurs parents.

Ces échanges se sont approfondis lors de la présentation publique du projet, dont un moment important a été le laboratoire que nous avons proposé au public, ainsi que les échanges qui l’ont suivi. Par les questions, les réponses et l’échange d’impressions, on a ainsi amorcé une recherche collective des paroles permettant de mieux articuler à la fois l’enjeu de notre projet et celui des activités proposées aux participants pendant le laboratoire.

Dans ce contexte, nous avons pu profiter d’un échange enrichissant avec M. Touly, lors d’un entretien sur le projet à Radio Wissous.

Réorganiser l’expérience corporelle, penser autrement

Espace culturel Saint-Exupéry, Wissous – Photo L. Costantino

 

 

On a passé deux semaines de résidence à l’Espace culturel Saint-Exupéry de Wissous.

On reviendra à plusieurs reprises sur ces deux semaines ; dans ce billet je voudrais commencer par évoquer les moments qui m’ont le plus frappée, ceux qui ont capté davantage mon/notre regard et réflexion.

Le défi était (et il est encore) de taille : il s’agit de poursuivre le travail de recherche et de réflexion sur le désir et la relation à l’autre que l’on avait commencé par la lecture des textes philosophiques. Mais cela ne devait pas prendre la forme de la traduction de certaines idées dans des mouvements chorégraphiés. Tout au contraire, il s’agissait, pour moi, de commencer à apprendre un autre langage et d’autres pratiques me permettant de développer la recherche déjà entamée, pour parvenir à une compréhension plus fine des dynamiques du désir et des relations de reconnaissance.

Les moments importants de cette première résidence ont été les suivants :

  • Un travail sur la pesanteur du corps et ses appuis : c’est par-là que mon apprentissage d’un nouveau langage débute.
  • Le travail sur le stade du miroir et la constitution du sujet, à partir de la lecture de textes psychanalytiques, nous conduit à des improvisations sur le corps morcelé, sans unité (par exemple, des parties du corps – l’épaule, le genou, la poignée – sont appelées à nous conduire dans l’espace, à devenir le centre du mouvement et de la vision).
  • Mon apprentissage du nouveau langage s’approfondit par l’étude et la répétition, sous la guide de Cosetta, de certaines « phrases » du chorégraphe David Zambrano : par le Flying low et le Passing through, par l’effort de trouver-retrouver le mouvement de la spirale, il s’agit de faire l’expérience d’un corps en relation avec soi-même, l’espace et les autres. 
  • Les résistances à certains mouvements accompagnent la recherche d’un autre centre de mouvement (des épaules on passe au bassin) et la réorganisation du corps autour de celui-ci

Le désir de mots, le désir de mouvement

Cahier de Cosetta – Photo S. Hildebrand

 

Les premières semaines de travail ont été singulièrement intenses et riches en découvertes.

Je souhaite inaugurer par ce billet une série de courts articles dans lesquels je vais présenter les étapes majeures de cette première période. Le but est celui d’esquisser une carte permettant de s’orienter dans le parcours que nous avons fait.

Suite à cette première série d’articles, je proposerai plusieurs développements : la méthode philosophique mise à l’œuvre, une reprise des textes lus et discutés ensemble, l’élaboration du travail fait avec Cosetta et ses conséquences sur la compréhension philosophique du désir et des relations de reconnaissance.

Nous avons passé la première semaine de travail au CND de Paris principalement.

Pendant cette période, nous avons travaillé sur des textes de philosophie, psychanalyse, analyse du mouvement, chorégraphie (Hegel, Kojève, Lacan, Dolto, Bloom).

Le choix des textes et des auteurs a été orienté par le sujet sur lequel nous travaillons : la question du désir et les relations de reconnaissance. Comme elle l’expliquera bien dans l’un de ses billets, ce sujet ainsi que ces auteurs sont  importants pour Cosetta, en vue non seulement d’un travail de création mais aussi de la compréhension des relations humaines qui se nouent dans le travail de création, au sein du milieu professionnel de la danse.

On a lu et analysé ensemble plusieurs textes et on les a ensuite discutés à l’aide de la méthode philosophique du « partir de soi-même », mise à l’œuvre tout particulièrement par des philosophes italiennes (Diotima, La sapienza di partire da sé, Liguori, Napoli 1996). Je consacrerai un prochain billet à cette méthode, qui met au centre à la fois l’expérience et les capacités de parole et de compréhension du vrai et du juste de chacune-chacun.

Le travail philosophique sur les textes a été infléchi d’une manière importante par la visée chorégraphique : est-il possible de porter le mouvement dialectique dans l’espace et le mouvement ? Et aussi :  comment comprendre, par exemple, le rapport à l’espace et aux autres qui s’y déplacent, à partir de certaines ressources de la dialectique (dépasser les conceptions abstraites, qui isolent les éléments d’une totalité et ne pensent pas leurs relations réciproques) ? Est-ce qu’un certain langage et pratique chorégraphiques (comme celle de David Zambrano) peuvent nous permettre de problématiser la description du sujet et des rapports interpersonnels qui émerge dans la figure hégélienne du maître et de l’esclave ?

Les innovations qui s’esquissent à partir de cet échange concernent à la fois la pédagogie (par exemple : comment est-ce qu’on peut enseigner la philosophie en tirant profit de l’échange avec la chorégraphe ?) et la recherche (comment est-ce que le fait de passer par le mouvement et le corps qui pense amène à lire les textes d’une manière nouvelle ? Comment est-ce que cela rend dicible quelque chose qui passait auparavant sous silence ou que l’on ne s’autorisait pas à nommer ?)

Les défis d’un corps qui pense

Wissous– Espace Culturel Saint-Exupéry. Photo S. Hildebrand

Au mois de septembre 2021 notre projet Dancing philosophy a débuté.

Vous pouvez trouver ici une présentation du projet ainsi que le récit de sa naissance.

Les découvertes qui ont accompagné la première période de travail ont été plus importantes de que je ne l’imaginais il y a seulement quelque semaine. Pour moi, il s’est agi d’une grande occasion pour aborder d’une manière nouvelle la question qui se loge au cœur de la philosophie, à savoir la question de la vérité. J’entends par-là tout d’abord le défi de dire-vrai par rapport à ce qui nous arrive et aux relations qui nous lient aux autres.

Cette vérité est vivante et elle émerge depuis les expériences : on ne peut pas alors en figer la recherche dans des pratiques sclérosées ni l’exprimer par des mots vidés de sens par la répétition. Le travail avec la danseuse-chorégraphe, Cosetta Graffione, et la rencontre avec les autres membres du projet ont sollicité – voire même rendue nécessaire – une transformation des pratiques de recherche ainsi qu’un travail plus fin sur les mots. Plus précisément, c’est la rencontre avec une expérience de la vérité surgissant à partir du corps – d’un corps qui pense – ainsi que la relation d’échange avec l’autre qui rendent possible et nécessaire une pratique philosophique plus radicale. A savoir, une pratique qui ne soit pas détournée de sa tâche de dire quelque chose de vrai sur nous, sur le monde et sur ce que nous expérimentons.

Pendant les semaines de résidence à l’Espace culturel Saint-Exupéry de Wissous, on a ainsi cherché à relever le défi du projet COESO, dans lequel Dancing philosophy s’inscrit : il s’agit de mettre en place et d’expérimenter des formes de collaboration entre, d’une part, des chercheurs qui travaillent au sein d’institutions de recherche et d’enseignement et, d’autre part, ceux et celles qui mènent une recherche à l’extérieur de ces institutions (dans notre cas, des chorégraphes, mais dans l’ensemble de COESO il y a aussi des journalistes, des associations…). Le but est celui de multiplier les passages entre ces pratiques différentes de recherches : ce sont bien ces passages qui maintiennent les institutions vivantes et leur permettent de s’inscrire réellement dans la vie collective à laquelle elles participent. Il s’agit aussi d’élaborer un savoir au sein des contextes où on en ressent le besoin (dans nos professions, notre action politique, nos créations) ; et de faire en sorte que ce savoir circule et s’enrichisse par les échanges entre celles et ceux qui l’élaborent et les institutions de recherche.

Dans le cas de Dancing philosophy, on met en place une collaboration radicale : d’une part, par le travail sur le corps, guidé par la chorégraphe, j’ai commencé à apprendre un langage nouveau et j’ai participé aux pratiques de création artistique ; d’autre part, Cosetta a travaillé sur les textes philosophiques et elle va intervenir directement dans des contextes de recherche. Le caractère radical du projet tient aussi au fait que notre collaboration conduit à un travail sur le corps qui pense : il s’agit d’un véritable défi pour une bonne partie de la tradition philosophique, qui l’a effacé, ainsi que pour les technologies digitales, comme nous l’avons bien expérimenté dans les impasses des enseignements à distance pendant l’émergence sanitaire.