Wissous, second temps de travail

Du 23 mars au 3 avril, le Centre culturel Saint-Exupéry de Wissous accueille pour la seconde fois un temps de travail de Dansophie / Dancing philosophy, recherche qui s’inscrit dans le cadre du projet européen COESO sur les sciences collaboratives. Dansophie croise les questionnements d’une chorégraphe-danseuse avec ceux d’une philosophe, et aboutit sur un travail d’écriture, de notation et de documentation multimédia.

Ce second temps de travail à Wissous se concentrera sur les notions de dicible et d’indicible autour des enjeux de mise en langage – en mots, en voix, en signes : que peut dire la philosophie, que peut dire la danse ? Que ne peuvent-elles dire ?

Ce temps de travail débouchera sur une présentation ouverte au public, avec la possibilité pour celles et ceux qui le souhaitent de participer à un temps d’atelier dansé. Cette présentation sera suivie d’un moment convivial de discussion et d’apéritif.

Rendez-vous le dimanche 3 avril à 11h à l’Espace Culturel Saint-Exupéry de Wissous.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Stefania et Cosetta au Centre culturel Saint-Exupéry de Wissous en septembre 2021.
Crédit photo : Sébastien Hildebrand

Insieme/Ensemble

(la version française se trouve dans la deuxième partie du billet)

Photo de S. Hildebrand

Lavorare insieme

In questo caso, tutto nasce da una domanda. Non la mia. La domanda viene da lei, da Cosetta, la coreografa e danzatrice.

E in fondo, in quanti altri modi si può innescare la filosofia? Perché ci sia la passione, il desiderio, l’amore per il pensare che la pratica filosofica porta fin nel suo nome, ci vuole una domanda: cerchi di trovare le parole giuste e di capire, perché senti che ne va di te. Solo così non è ripetizione di parole già dette, che scivolano sulla realtà e l’esperienza, o ti imprigionano dal di fuori.

La domanda di Cosetta era: mi spieghi meglio Hegel, la Fenomenologia, la dialettica servo signore? Mi serve per capire meglio la psicoanalisi e Lacan.

C’era una seconda domanda, nascosta dietro la prima, una traccia da seguire: con quali parole si può dire il desiderio e l’amore, come racapezzarsi nei tanti giri misteriosi che ci fanno fare, come dire quello che ostacola le buone relazioni, ad esempio durante una creazione, tra ballerine?

Ed io?

Anche io avevo una domanda, ma non lo sapevo. La possibilità di incontrare questa domanda e di formularla è il primo e più importante dono della nostra collaborazione.

Come si fa a praticare la filosofia, a scrivere, insegnare con piacere, e quindi con verità, in un modo che non spacchi a metà, che non scinda l’esperienza dalle parole, il pensare dal corpo – dalle viscere?

E da qui un’altra domanda: In che modo non si spacca l’aula? In che modo non la si fa a pezzi, come accade quando chi insegna si separa da chi apprende, dalle altre persone nell’aula, o come quando studenti e studentesse ingaggiano una competizione che distrugge la possibilità delle relazioni e di un apprendimento vero, che conti per ciascuna e ciascuno?

Una domanda esplicita della danzatrice, che ne nasconde una seconda più profonda, e va in cerca di uno scambio di capacità, conoscenze ed esperienze.

Una domanda non formulata, la mia, che prende forma quando la possibilità di quello scambio si manifesta e si materializza, nel corpo e nelle parole, via via che il lavoro comune procede, lo scambio diventa più intenso e aperto, meno protetto, più esposto.

Travailler ensemble


Dans ce cas, tout part d’une question. Pas la mienne. La question vient d’elle, de Cosetta, la chorégraphe et danseuse.
Après tout, de quelle manière la philosophie peut-elle être déclenchée ? Pour qu’il y ait la passion, l’amour que la pratique de la connaissance philosophique devrait porter en elle, jusque dans son nom, il faut qu’une question surgisse : on essaie de trouver les mots justes et de comprendre, parce qu’on sent que nous y sommes entièrement en jeu.
Ainsi, il n’y a pas répétition de mots déjà dits, qui glissent sur la réalité et l’expérience, ou nous emprisonnent de l’extérieur.
La question de Cosetta était : peux-tu mieux m’expliquer Hegel, la Phénoménologie, la dialectique maitre-esclave ? J’en ai besoin pour mieux comprendre la psychanalyse et Lacan.
Il y avait une deuxième question, cachée derrière la première, une trace à suivre : avec quels mots peut-on dire le désir et l’amour, comment s’orienter dans leurs nombreux détours, comment dire ce qui bloque et abime les bonnes relations, par exemple pendant une création, entre danseuses ?

Et moi, alors ?
Moi aussi, j’avais une question, mais je ne la connaissais pas. La possibilité de rencontrer cette question et de la formuler est le premier et le plus important don de notre collaboration.
Comment pratiquer la philosophie, écrire, enseigner avec plaisir et donc avec vérité, d’une manière qui ne sépare pas l’expérience des mots, la pensée du corps ?
D’où une autre question : comment ne pas diviser la classe ? Comment ne pas la briser, comme c’est le cas lorsque ceux ou celles qui enseignent se séparent de ceux et celles qui apprennent, des autres personnes présentes dans la classe, ou lorsque les élèves s’engagent dans une compétition qui détruit la possibilité des relations et d’un apprentissage véritable, qui compte pour chacune et chacun ?

Une question explicite de la danseuse qui en cache une deuxième, plus profonde, qui suscite un échange de compétences, de connaissances et d’expériences.
Une question non dite, la mienne, qui prend forme lorsque la possibilité de cet échange se manifeste et se matérialise, dans le corps et dans les mots, au fur et à mesure que le travail commun avance, l’échange devient plus intense et ouvert, moins protégé, plus exposé.

ho un impegno

C’è il sole, propongo a mio figlio di fare una passeggiata nel bosco…
Mi siedo e scrivo. 
Sono a disposizione, qui per dare valore alle intenzioni altrui, e per compiacermi.
Esigo da me qualcosa di interessabile.
Le condizioni di partenza sono, per semplicità, ideali, e sempre le stesse:
A rigore, o a riposo, non dovrei dire nulla,
eppure vivono, irrinunciabili, il desiderio e il bisogno di dire,
osservo e do libero corso alla creatività,
mi fido di quel che dirò.

Dopo, oltre e nonostante tutto, un sincero atto di presenza può proclamarsi opera.

Come possiamo, io e Irénée, produrre una testimonianza che sia utile e coerente con i macro obiettivi del progetto COESO?
Come possiamo mettere in valore il lavoro di Stefania e Cosetta?
Per quel che ho potuto comprendere, il progetto COESO vuole agevolare le dinamiche di scambio tra mondo della ricerca e società attiva. Per farlo ha bisogno di alcuni passaggi che testino in modo retroattivo dei casi reali.
Quindi fornisce degli strumenti e dei modelli di interazione nell’ambito dei quali le esperienze possono essere analizzate allo scopo di migliorare gli strumenti e i modelli stessi.

Per dare un vero contributo agli obiettivi di COESO dobbiamo produrre una testimonianza che dica qualcosa di significativo sullo scambio (il lavoro tra Cosetta e Stefania) che stiamo osservando. Dobbiamo, altresì, mettere in valore i risultati dello scambio stesso perché tanto più riuscito esso sarà, rispetto le aspettative delle protagoniste, tanto più rilevanti saranno, rispetto le attese di COESO, le dinamiche e il contenuto di interazione che quel risultato hanno prodotto.

Gli strumenti di analisi e scrittura su cui si baserà la testimonianza che scriveremo io e Irénée sono la fotografia, il video, la scrittura alfabetica, il design grafico e l’impaginazione che faranno da supporto alla disciplina principale cui è stata affidata la scrittura, la cinetografia LABAN. Da essa ci si aspetta un contributo originale, un valore aggiunto. Neppure quest’attesa possiamo tradire.

….
Osserviamo insieme, adesso, il materiale registrato in occasione della residenza di Wissous 

Collaboration et engagement Pilot 2 “Dancing philosophy”

Le rapport entre soi et ce qu’il y a autour de soi.

texte de Cosetta Graffione, danseuse et chorégraphe du pilot.

Screenshot lors du dernier meeting MLE en janvier 2022.

Voyez ci-dessus cette belle série de visages qui nous sourient, qui nous parlent, ces vies qui se croisent autour de Coeso?

À la base du pilot 2 il y a le désir de parler de ce croisement, cette relation universelle à l’Autre, de la pratiquer intellectuellement et corporellement. Chacun de nous a exploré tout d’abord son histoire personnelle, ses aspirations et ses objectifs, en se questionnant sur le travail collaboratif et comment il pourrait améliorer la connaissance autour de la relation à l’Autre.

Dans notre pilote, il y a beaucoup d’intervenants avec des compétences différentes, l’organisation doit toujours être suivie de près.

Au départ, nous avons déployé ensemble les conditions nécessaires dans lesquelles on parvient tous à exprimer nos meilleures idées, et à les discuter entre nous. Le travail collectif a pu alors démarrer. En s’appuyant sur la phase de réflexion personnelle, nous avons sollicité chaque membre du groupe pour faire émerger des solutions et trouver une réponse à ses aspirations.

Je veux me concentrer sur un élément qui, pour moi, rend la collaboration et l’engagement possibles: la confiance au groupe, et je m’interroge souvent sur les conditions spécifiques et les pratiques à développer pour y parvenir.

Aujourd’hui je peux dire que personnellement je suis engagée avec mon équipe parce qu’avant tout, je crois en elle, je soutiens sa parole et je reconnais son rôle. C’est aussi la reconnaissance (thématique centrale du pilot 2) de chaque membre du groupe qui rend possible un esprit véritablement collaboratif et engagé et qui permettra à chacun de nous de créer un intérêt vers l’autre dans le but de coopérer. Cela demande également que chacun s’approprie l’intérêt commun, en mettant de côté ses aspirations personnelles.

Pendant ce premier volet du projet, les différents acteurs du pilot 2 ont su mettre en œuvre une coopération fondée sur la confiance et la prise de risque. Nous étions tous ensemble, chacun à son rythme et selon ses possibilités, avec nos diversités de compétences. Ainsi, la sensation «d’être déplacés» dans de nouveaux champs d’action a poussé chacun de nous vers une disposition: celle de faire cohabiter les rêves et la réalité avec audace, conscience et enthousiasme.

L’importance de la diversité du groupe et sa capacité d’autogestion sont à présent fondamentales pour la réussite de cette première phase car nous voulons voir jusqu’où nous pouvons nous pousser en autonomie, sans nous isoler progressivement dans nos habitudes et certitudes.

En dernier, je veux souligner que, selon mon expérience personnelle, ce n’est pas la mise à disposition de talents individuels qui joue un rôle dans l’engagement collectif mais plutôt la qualité des interactions entre les participants.

Notation – première expérimentation

Je vous soumets une première expérimentation avec la cinétographie Laban.

Les enjeux sont de taille, il me faut comprendre comment transmettre par un système d’écriture peu connu du grand public les stratégies de mouvement et leur intérêt dans le cadre de cette recherche.

Pour commencer, voici un exemple tiré d’un des axes de travail que nous avons choisi avec Daniele, et que j’ai soumis à Clarisse et Sébastien pour avancer sur l’élaboration des évolutions à apporter à MémoRekall.

Il s’agit de mettre en parallèle trois versions d’un même mouvement. On part d’un principe fondamental en notation : on écrit seulement les spécificités du mouvement, tout ce qui relève d’une exécution fonctionnelle ne sera pas décrit. Par exemple, on ne décrit pas que les bras balancent en marchant, sauf si ce détail est nécessaire à la compréhension du mouvement qu’on décrit.

C’est une descente d’une personne debout qui rapproche son centre du sol, comme pour aller s’assoir. Pour cela nous pouvons décrire le mouvement de façons différentes.

Ici je propose, au centre une version, simplifiée, proche de celle de Cosetta qui descend par une chute du centre de gravité (en rose).

À gauche, une autre façon de décrire le mouvement, par une flexion des jambes (en vert). Si le résultat est le même, au niveau de l’intention du mouvement et de la qualité de sa réalisation, ce n’est pas la même chose, ni les mêmes muscles qui sont sollicités. La demande de Cosetta à Stefania correspond à ce que fait Cosetta (la version centrale). Et ce mouvement entre en considération dans un contexte d’étude où elle cherche à faire sentir à Stefania justement ce centre du corps, centre de gravité, proche du volume du bassin. C’est un carrefour de forces indispensable à la danse de Cosetta, mais très éloigné de l’organisation corporelle première de Stefania.

La version à droite est une version simplifiée de la première approche de Stefania, avant les approfondissements proposés au cours de la résidence.

Nous y retrouvons une flexion des jambes (en vert) et un déplacement léger du centre de gravité (en rose) vers l’arrière qui vient compenser un mouvement du buste (en bleu) accompagné par les épaules (premier moteur de mouvement de Stefania – en rouge). À cela s’ajoute une légère flexion des bras (en orange) représentée par la petite croix de la même couleur.

Dancing philosophy à Barcelone, quand la danse commence à parler.

Stefania et Cosetta lors de leur intervention simultanée à la conference de Barcelone

Cosetta Graffione, danseuse et chorégraphe, rencontre le monde de la philosophie et décrit son expérience.

Avec ce texte, j’ai voulu vous raconter l’expérience d’une danseuse qui interagit avec le monde du féminisme philosophique. J’ai été invitée au séminaire Diferència sexual una ontologia pràctica?, organisé par Teresa Hoogeveen, Alina Mierlus et Andrea Ugalde (Seminari Filosofia i Gènere; ADHUC–Centre de Recerca Teoria, Gènere, Sexualitat; Màster d’Estudis de Dones, Gènere i Ciutadania – Universitat de Barcellona).
J’ai passé un très bon moment, tout d’abord j’ai rencontré des femmes et des hommes ouverts et intelligents avec lesquels j’ai eu plaisir à dialoguer. De nouveau, je veux remercier les organisatrices de leur confiance.

Leur curiosité à mon égard et au sujet de cette collaboration avec Stefania a assuré de la pertinence à mon intervention. Je crois fermement qu’il y a un besoin d’échange, de dialogue, surtout dans le monde philosophique qui pense et écrit sur la relation à l’Autre. J’imagine une plus grande ouverture et réflexion sur une certaine terminologie qui trop souvent fixe les expériences humaines. Je pense à l’un des principaux objectifs de ce projet de collaboration: Auprès des philosophes, comment stimuler de nouvelles approches, élargir leurs considérations, donner un nouveau souffle pour les sujets qu’ils aborderont dans leurs articles?
Dans notre intervention, j’ai détaillé et partagé ce que la danse apporte au parcours de recherche de Stefania. Ensuite, j’ai raconté comment, à travers une expérience corporelle, nous pouvons intégrer individualité et groupe, authenticité et homologation, frontalité et multidirectionnalité.
L’expérience quotidienne apprend au danseur qu’à travers l’utilisation de la spirale en mouvement on peut intégrer l’expérience personnelle à celle de l’autre, toutes deux valables et justifiables. Dans la création chorégraphique, les danseurs sont confrontés à la problématique constante que l’attitude corporelle de l’autre n’est pas la mienne puisque le corps est élément de l’individualité personnelle.

Tout d’abord je pense que la danse et la philosophie peuvent s’intéresser réciproquement à créer les conditions qui permettent et développent ce que chacun appelle “juste”. Pour cela, nous avons utilisé un langage singulier comme celui de l’improvisation corporelle. Comme Delphine Demont l’a très bien exprimé, “l’improvisation questionne le ressenti personnel et l’imaginaire, apprend à faire confiance à son intuition , l’analyser rapidement pour pouvoir l’organiser dans une composition dansée à plusieurs”. L’enjeu est de se représenter son schéma corporel ainsi que le rapport entre soi et ce qu’il y a autour de soi” (D. Depont). Ces mots, autour de soi, nous disent que la relation avec le mouvement (ou la connaissance) de l’AUTRE est toujours présente.

Deuxièmement, il y a l’intégration et le travail de disponibilité à l’autre qui dans le mouvement et dans la philosophie peuvent définir ensemble un espace d’exploration de l’altérité qui amène le danseur comme le philosophe à s’écouter, se connaître et se reconnaître, s’autoriser les diverses possibilités du geste ou de la pensée.

Les participantes et participants au séminaire m’ont demandé comment, dans la danse, nous intégrons ce que nous ne comprenons pas, ce que nous ne voulons pas voir. Je dirais sans chercher à le détourner ou déplacer, dans le sens de lui donner l’espace et le temps d’exister. Avoir quelqu’un qui danse avec moi et différemment de moi signifie créer de nouvelles coordinations et de nouvelles possibilités d’élargir la conscience. Il s’agit de vivre le différent comme une nécessité intérieure, une évidence et non pas comme une décision.

J’ai fini cette belle rencontre en répondant à la question si, avec Stefania, nous pourrions peut-être ouvrir le circuit de la pensée avec cette proposition qui est la nôtre de mélanger les compétences, de combiner la philosophie à la danse et la psychanalyse. J’ai répondu que oui, nous nous sentons prêtes à nous ouvrir, à demander, à mieux réfléchir au langage que nous utilisons. Ma première suggestion était celle de réfléchir sur certains mots que la philosophie utilise. J’ai posé ainsi ma question: Quand les philosophes ou les psychanalystes parlent d’ordre, de loi, à quoi font-ils référence ? Où est le caractère d’universalité que le mot loi impose ? J’ai pensé tout de suite à la loi de la gravitation universelle et au fait qu’elle exprime une relation qui est vraie quelles que soient les conditions dès lors que les deux mêmes variables sont en présence. Peut-on parler de loi dans d’autres conditions?
Quand on parle d’ordre, qu’est-ce qu’on aligne, régularise ?
Je ne peux m’empêcher de penser aux paroles très justes de Barbara Verzini dans “La madre nel mare” lorsqu’elle dit : “Ce qui pour moi dépasse l’ordre, c’est l’harmonie, qui ne commande pas avec une règle a priori, mais qui au contraire recherche l’accord, le rapport d’amitié, d’affinité et d’amour entre les choses”.
Le mot harmonie effleure une expérience que les féministes nous disent haut et fort : il y a une force qui ne peut être arrêtée, “un excédent” dit encore Verzini, qui ne peut être contenu dans un ordre. Stefania et moi-même en avons fait l’expérience dans l’un de nos ateliers: laisser parler notre puissance, laisser parler notre corps, aller vers ou contre, voir l’autre, le laisser passer, continuer, sans peur.

Dancing philosophy à Barcelone 

Les deux écrans – Cosetta et Stefania en directe au séminaire Diferència sexual una ontologia pràctica? (3 novembre 2021)

La collaboration entre Cosetta et moi est radicale : on relève le défi d’aller jusqu’aux racines de nos pratiques philosophique et chorégraphique, ainsi que des paroles qui s’y incarnent.

Ainsi, pendant les semaines de résidence à Wissous, je suis montée sur scène. Il s’agissait de questionner le langage philosophique à partir d’un travail sur le corps et le contact avec le langage chorégraphique.

En retour, il était important de proposer à Cosetta d’intervenir dans un séminaire de recherche. Une occasion formidable s’est présentée : j’ai été invitée au séminaire Diferència sexual una ontologia pràctica?, organisé par Teresa Hoogeveen, Alina Mierlus et Andrea Ugalde (Seminari Filosofia i Gènere; ADHUC–Centre de Recerca Teoria, Gènere, Sexualitat; Màster d’Estudis de Dones, Gènere i Ciutadania – Universitat de Barcellona).

Je remercie les organisatrices d’avoir accueilli avec ouverture et enthousiasme la proposition d’inviter Cosetta également.

Au mois de septembre, avec Cosetta nous avons beaucoup travaillé sur le(s) langage(s) – philosophique et corporel – et notre capacité de dire-vrai par ces langages.

Cosetta m’a fait remarquer que dans la danse il est très difficile de parler le langage corporel de l’autre : on retrouve ainsi dans la danse des pratiques permettant de mieux comprendre, à partir du travail sur le corps-pensant, si un certain mot, un certain discours, nous appartiennent ou pas (si on utilise les mots des autres, le corps résiste : il faut alors apprendre à reconnaitre et nommer le « non » que le corps dit).

En raison de ce travail sur la vérité, j’ai proposé de suivre le fil d’un telle problématique dans l’intervention au séminaire. Dans ma présentation (dont je publie le résumé ci-dessous), j’ai ainsi travaillé sur la question de l’idéologie – comme discours qui efface l’expérience et qui conduit à des oppositions politiques frontales – et sur la pratique de l’« authenticité », à partir des écrits de la féministe italienne Carla Lonzi et tout particulièrement de son livre Sputiamo su Hegel. On n’y retrouve pas seulement une réflexion profonde sur la question de l’idéologie, mais aussi une mise en valeur du corps dans le questionnement de la tradition philosophique et politique moderne.

L’un des points importants qui ont émergé dans l’échange avec Cosetta a été le suivant : il y a eu ce qu’elle a appelé une « transformation de vocabulaire » dans mon intervention.

J’ai en effet introduit le mot « centre » (ce mot est revenu souvent dans le travail sur le corps pendant la résidence à Wissous, à partir des remarques de Cosetta et Irénée Blin) et j’ai commencé à en faire un objet de réflexion philosophique. L’enjeu est de mettre à thème les moments dans lesquels on se déplace, dans le langage, hors de notre centre, et on emploie des mots qui ne sont pas les nôtres et qui nous empêchent de dire ce qui nous semble juste ou vrai dans une certaine situation.

Les participantes et participants au séminaire (doctorantes, doctorants et chercheuses statutaires) ont relevé le défi de notre intervention à deux voix : il y a eu des questions (en français, italien, anglais, catalan) à la fois bienveillantes et profondes adressées à toutes les deux à chaque fois que quelqu’un prenait la parole. Parmi celles-ci : est-ce qu’il a encore sens de parler de « sujet », étant donné la démarche proposée ? Dans le travail proposé, peut-on parler d’une ouverture de circuits d’énergie, ce qui ouvre aussi à une autre conception non seulement de l’échange des savoirs mais de la politique également ?

Nous avons à chaque fois répondu à partir de notre perspective et travail, mais aussi en explicitant ce qu’y émerge dans notre collaboration.

Vous trouverez ici le résumé de mon intervention:

Danse-analyse de la pensée

Espace culturel Saint-Eupéry, Wissous – Photo S. Hildebrand

J’ai démarré mon parcours d’échange avec Stefania par la quête de l’indicible. L’acte de danser parle cet indicible, il s’agit d’expérimenter ce qui nous échappe et qui nous revient dans une autre forme. C’est la sensation que ce que l’on fait ne nous appartient pas. Sensation d’être porté par autre, l’Autre, par ce fait primordial qu’est le corps. Cela a impliqué une confrontation directe avec L’EXPERIENCE CORPORELLE, le passage entre dehors et dedans, passage entre le mot qui se voit et le flux dynamique qui s’éprouve; entre les deux, passe le jeu.

Nous avons constaté qu’il y avait un langage, celui de la danse, qu’elle devait commencer à parler. Comme un petit enfant qui commence à s’exprimer avec ses parents, nous avons partagé la pratique de l’improvisation corporelle, en douceur et dans le calme, mais il fallait y aller, sans hésitation. Il fallait expérimenter, en vrai, le corps.

Après avoir choisi la thématique corps global – corps morcelé, j’ai proposé à Stefania de me suivre dans des exercices préparatoires à ces deux différentes images. J’étais persuadée que, en dansant, elle aurait pu toucher à tout, et tout qui est dansant l’aurait touchée, réveillant en elle un désir d’événements qui, au lieu d’être dans la parole, se cherchaient à travers les mouvements et leur variations possibles.

Au fur et à mesure qu’on avançait, Stefania a pu expérimenter l’ancrage organique de notre identité, la proprioception. Je lui ai proposé de connaitre mieux ce sens décrivant notre capacité à localiser chacune des parties du corps et de les ressentir. Elle a pu expérimenté comme le sens proprioceptif permet au cerveau de déterminer la position d’une partie de son corps, la vitesse et la direction d’un mouvement. Un exemple: elle a beaucoup travaillé sur les extrémités, pieds et mains, très riches en récepteurs proprioceptifs. C’était la découverte d’une nouvelle façon de se relationner à l’environnement, en trouvant un point d’ancrage autour du quel le corps s’organise: le centre de gravité. Mon but? Observer ses mouvements parasites et lui offrir un moyen d’accès à une réorganisation de son corps, à une ouverture des circuits pour qu’elle puisse s’exprimer en liberté et et bien gérer sa fatigue. La malléabilité de Stefania lui a permis ce changement et nous avons pu atteindre l’expression libre corporelle par le biais de l’improvisation instantanée.

D’où ma question plus vaste: que se passe-t-il quand le corps d’un penseur, d’un philosophe, essaie de transformer ses habitudes posturales et, ensuite, une idée en geste? Est-il fidèle, perdu, limité, exigeant, concret, abstrait dans sa façon d’agir? Les douleurs musculaires qui surviennent sont conciliables? Que fait-il avec son corps chargé de mots et d’histoires?

J’ai ensuite suivi une démarche pédagogique comme celle-ci:

INTEGRER UNE NOUVELLE ORGANISATION, NOUVEAU LANGAGE.

  • VISUALISER, imaginer le plus finement possible le mouvement dans toute sa texture et sa spatialité.
  • DECRIRE, en ne faisant pas le mouvement mais en parlant.
  • BOUGER, en laissant vivre la visualisation et en faisant appel à tous les sens.
  • CORRIGER, pour apporter les clefs de finesse d’un certain type de mouvement et sa spécificité.
  • INTEGRER les changements en passant pour les étapes de fatigue et échec.
  • COMPARER DEUX ETATS, une fois l’intégration est en place (avec le temps nécessaire), voir les états, avant et après de l’exécution et ainsi observer la réorganisation motrice.
  • COMPARER LES INFORMATIONS du cerveau à la base, par exemple, des modèles de la journée (fatigué ou pas).
  • CHANGER LES TEMPS D’EXECUTION, accélérer ou ralentir le temps d’exécution d’un geste, d’un enchainement. Porter le temps au maximum de vitesse pour que le corps n’ait qu’un choix: celui de l’état réflexe, celui de lâcher-prise.

Elargir les collaborations : les rencontres avec la communauté de Wissous

Wissous 3 octobre 2021 – Présentation publique de la première résidence

 

 

La résidence du mois de septembre, tout comme celle qui aura lieu en mars 2022, sont accueillies par la ville de Wissous, à l’Espace culturel Saint-Exupéry.

La collaboration avec les personnes qui travaillent à l’Espace culturel, l’association de danse Ewidanse, ainsi que l’une des élus a permis au projet de s’inscrire déjà dans un tissu de relations et d’institutions ancrées sur le territoire.

J’ai notamment eu l’occasion de participer à une réunion avec la directrice de l’Espace culturel, l’adjointe au Maire déléguée de la vie scolaire et à la politique culturelle, et la directrice de Ewidanse (ainsi que Cosetta et Delphine Riss, secrétaire de Cadmium). L’accueil chaleureux et l’intérêt pour le projet (à la fois le projet européen COESO et Dancing philosophy) nous ont conduit à un travail commun sur les textes d’invitation aux portes ouvertes du dimanche 3 octobre : nous avons retravaillé ensemble ces textes pendant la réunion, afin de mieux communiquer avec les écoles et les personnes qui participent aux activités de l’association et de l’Espace culturel. Cosetta et moi, à l’aide de la directrice d’Ewidanse, nous avons ensuite présenté le projet aux élèves des cours de danse ainsi qu’à leurs parents.

Ces échanges se sont approfondis lors de la présentation publique du projet, dont un moment important a été le laboratoire que nous avons proposé au public, ainsi que les échanges qui l’ont suivi. Par les questions, les réponses et l’échange d’impressions, on a ainsi amorcé une recherche collective des paroles permettant de mieux articuler à la fois l’enjeu de notre projet et celui des activités proposées aux participants pendant le laboratoire.

Dans ce contexte, nous avons pu profiter d’un échange enrichissant avec M. Touly, lors d’un entretien sur le projet à Radio Wissous.

Réorganiser l’expérience corporelle, penser autrement

Espace culturel Saint-Exupéry, Wissous – Photo L. Costantino

 

 

On a passé deux semaines de résidence à l’Espace culturel Saint-Exupéry de Wissous.

On reviendra à plusieurs reprises sur ces deux semaines ; dans ce billet je voudrais commencer par évoquer les moments qui m’ont le plus frappée, ceux qui ont capté davantage mon/notre regard et réflexion.

Le défi était (et il est encore) de taille : il s’agit de poursuivre le travail de recherche et de réflexion sur le désir et la relation à l’autre que l’on avait commencé par la lecture des textes philosophiques. Mais cela ne devait pas prendre la forme de la traduction de certaines idées dans des mouvements chorégraphiés. Tout au contraire, il s’agissait, pour moi, de commencer à apprendre un autre langage et d’autres pratiques me permettant de développer la recherche déjà entamée, pour parvenir à une compréhension plus fine des dynamiques du désir et des relations de reconnaissance.

Les moments importants de cette première résidence ont été les suivants :

  • Un travail sur la pesanteur du corps et ses appuis : c’est par-là que mon apprentissage d’un nouveau langage débute.
  • Le travail sur le stade du miroir et la constitution du sujet, à partir de la lecture de textes psychanalytiques, nous conduit à des improvisations sur le corps morcelé, sans unité (par exemple, des parties du corps – l’épaule, le genou, la poignée – sont appelées à nous conduire dans l’espace, à devenir le centre du mouvement et de la vision).
  • Mon apprentissage du nouveau langage s’approfondit par l’étude et la répétition, sous la guide de Cosetta, de certaines « phrases » du chorégraphe David Zambrano : par le Flying low et le Passing through, par l’effort de trouver-retrouver le mouvement de la spirale, il s’agit de faire l’expérience d’un corps en relation avec soi-même, l’espace et les autres. 
  • Les résistances à certains mouvements accompagnent la recherche d’un autre centre de mouvement (des épaules on passe au bassin) et la réorganisation du corps autour de celui-ci