Dancing philosophy à Barcelone, quand la danse commence à parler.

Stefania et Cosetta lors de leur intervention simultanée à la conference de Barcelone

Cosetta Graffione, danseuse et chorégraphe, rencontre le monde de la philosophie et décrit son expérience.

Avec ce texte, j’ai voulu vous raconter l’expérience d’une danseuse qui interagit avec le monde du féminisme philosophique. J’ai été invitée au séminaire Diferència sexual una ontologia pràctica?, organisé par Teresa Hoogeveen, Alina Mierlus et Andrea Ugalde (Seminari Filosofia i Gènere; ADHUC–Centre de Recerca Teoria, Gènere, Sexualitat; Màster d’Estudis de Dones, Gènere i Ciutadania – Universitat de Barcellona).
J’ai passé un très bon moment, tout d’abord j’ai rencontré des femmes et des hommes ouverts et intelligents avec lesquels j’ai eu plaisir à dialoguer. De nouveau, je veux remercier les organisatrices de leur confiance.

Leur curiosité à mon égard et au sujet de cette collaboration avec Stefania a assuré de la pertinence à mon intervention. Je crois fermement qu’il y a un besoin d’échange, de dialogue, surtout dans le monde philosophique qui pense et écrit sur la relation à l’Autre. J’imagine une plus grande ouverture et réflexion sur une certaine terminologie qui trop souvent fixe les expériences humaines. Je pense à l’un des principaux objectifs de ce projet de collaboration: Auprès des philosophes, comment stimuler de nouvelles approches, élargir leurs considérations, donner un nouveau souffle pour les sujets qu’ils aborderont dans leurs articles?
Dans notre intervention, j’ai détaillé et partagé ce que la danse apporte au parcours de recherche de Stefania. Ensuite, j’ai raconté comment, à travers une expérience corporelle, nous pouvons intégrer individualité et groupe, authenticité et homologation, frontalité et multidirectionnalité.
L’expérience quotidienne apprend au danseur qu’à travers l’utilisation de la spirale en mouvement on peut intégrer l’expérience personnelle à celle de l’autre, toutes deux valables et justifiables. Dans la création chorégraphique, les danseurs sont confrontés à la problématique constante que l’attitude corporelle de l’autre n’est pas la mienne puisque le corps est élément de l’individualité personnelle.

Tout d’abord je pense que la danse et la philosophie peuvent s’intéresser réciproquement à créer les conditions qui permettent et développent ce que chacun appelle “juste”. Pour cela, nous avons utilisé un langage singulier comme celui de l’improvisation corporelle. Comme Delphine Demont l’a très bien exprimé, “l’improvisation questionne le ressenti personnel et l’imaginaire, apprend à faire confiance à son intuition , l’analyser rapidement pour pouvoir l’organiser dans une composition dansée à plusieurs”. L’enjeu est de se représenter son schéma corporel ainsi que le rapport entre soi et ce qu’il y a autour de soi” (D. Depont). Ces mots, autour de soi, nous disent que la relation avec le mouvement (ou la connaissance) de l’AUTRE est toujours présente.

Deuxièmement, il y a l’intégration et le travail de disponibilité à l’autre qui dans le mouvement et dans la philosophie peuvent définir ensemble un espace d’exploration de l’altérité qui amène le danseur comme le philosophe à s’écouter, se connaître et se reconnaître, s’autoriser les diverses possibilités du geste ou de la pensée.

Les participantes et participants au séminaire m’ont demandé comment, dans la danse, nous intégrons ce que nous ne comprenons pas, ce que nous ne voulons pas voir. Je dirais sans chercher à le détourner ou déplacer, dans le sens de lui donner l’espace et le temps d’exister. Avoir quelqu’un qui danse avec moi et différemment de moi signifie créer de nouvelles coordinations et de nouvelles possibilités d’élargir la conscience. Il s’agit de vivre le différent comme une nécessité intérieure, une évidence et non pas comme une décision.

J’ai fini cette belle rencontre en répondant à la question si, avec Stefania, nous pourrions peut-être ouvrir le circuit de la pensée avec cette proposition qui est la nôtre de mélanger les compétences, de combiner la philosophie à la danse et la psychanalyse. J’ai répondu que oui, nous nous sentons prêtes à nous ouvrir, à demander, à mieux réfléchir au langage que nous utilisons. Ma première suggestion était celle de réfléchir sur certains mots que la philosophie utilise. J’ai posé ainsi ma question: Quand les philosophes ou les psychanalystes parlent d’ordre, de loi, à quoi font-ils référence ? Où est le caractère d’universalité que le mot loi impose ? J’ai pensé tout de suite à la loi de la gravitation universelle et au fait qu’elle exprime une relation qui est vraie quelles que soient les conditions dès lors que les deux mêmes variables sont en présence. Peut-on parler de loi dans d’autres conditions?
Quand on parle d’ordre, qu’est-ce qu’on aligne, régularise ?
Je ne peux m’empêcher de penser aux paroles très justes de Barbara Verzini dans “La madre nel mare” lorsqu’elle dit : “Ce qui pour moi dépasse l’ordre, c’est l’harmonie, qui ne commande pas avec une règle a priori, mais qui au contraire recherche l’accord, le rapport d’amitié, d’affinité et d’amour entre les choses”.
Le mot harmonie effleure une expérience que les féministes nous disent haut et fort : il y a une force qui ne peut être arrêtée, “un excédent” dit encore Verzini, qui ne peut être contenu dans un ordre. Stefania et moi-même en avons fait l’expérience dans l’un de nos ateliers: laisser parler notre puissance, laisser parler notre corps, aller vers ou contre, voir l’autre, le laisser passer, continuer, sans peur.

Dancing philosophy à Barcelone 

Les deux écrans – Cosetta et Stefania en directe au séminaire Diferència sexual una ontologia pràctica? (3 novembre 2021)

La collaboration entre Cosetta et moi est radicale : on relève le défi d’aller jusqu’aux racines de nos pratiques philosophique et chorégraphique, ainsi que des paroles qui s’y incarnent.

Ainsi, pendant les semaines de résidence à Wissous, je suis montée sur scène. Il s’agissait de questionner le langage philosophique à partir d’un travail sur le corps et le contact avec le langage chorégraphique.

En retour, il était important de proposer à Cosetta d’intervenir dans un séminaire de recherche. Une occasion formidable s’est présentée : j’ai été invitée au séminaire Diferència sexual una ontologia pràctica?, organisé par Teresa Hoogeveen, Alina Mierlus et Andrea Ugalde (Seminari Filosofia i Gènere; ADHUC–Centre de Recerca Teoria, Gènere, Sexualitat; Màster d’Estudis de Dones, Gènere i Ciutadania – Universitat de Barcellona).

Je remercie les organisatrices d’avoir accueilli avec ouverture et enthousiasme la proposition d’inviter Cosetta également.

Au mois de septembre, avec Cosetta nous avons beaucoup travaillé sur le(s) langage(s) – philosophique et corporel – et notre capacité de dire-vrai par ces langages.

Cosetta m’a fait remarquer que dans la danse il est très difficile de parler le langage corporel de l’autre : on retrouve ainsi dans la danse des pratiques permettant de mieux comprendre, à partir du travail sur le corps-pensant, si un certain mot, un certain discours, nous appartiennent ou pas (si on utilise les mots des autres, le corps résiste : il faut alors apprendre à reconnaitre et nommer le « non » que le corps dit).

En raison de ce travail sur la vérité, j’ai proposé de suivre le fil d’un telle problématique dans l’intervention au séminaire. Dans ma présentation (dont je publie le résumé ci-dessous), j’ai ainsi travaillé sur la question de l’idéologie – comme discours qui efface l’expérience et qui conduit à des oppositions politiques frontales – et sur la pratique de l’« authenticité », à partir des écrits de la féministe italienne Carla Lonzi et tout particulièrement de son livre Sputiamo su Hegel. On n’y retrouve pas seulement une réflexion profonde sur la question de l’idéologie, mais aussi une mise en valeur du corps dans le questionnement de la tradition philosophique et politique moderne.

L’un des points importants qui ont émergé dans l’échange avec Cosetta a été le suivant : il y a eu ce qu’elle a appelé une « transformation de vocabulaire » dans mon intervention.

J’ai en effet introduit le mot « centre » (ce mot est revenu souvent dans le travail sur le corps pendant la résidence à Wissous, à partir des remarques de Cosetta et Irénée Blin) et j’ai commencé à en faire un objet de réflexion philosophique. L’enjeu est de mettre à thème les moments dans lesquels on se déplace, dans le langage, hors de notre centre, et on emploie des mots qui ne sont pas les nôtres et qui nous empêchent de dire ce qui nous semble juste ou vrai dans une certaine situation.

Les participantes et participants au séminaire (doctorantes, doctorants et chercheuses statutaires) ont relevé le défi de notre intervention à deux voix : il y a eu des questions (en français, italien, anglais, catalan) à la fois bienveillantes et profondes adressées à toutes les deux à chaque fois que quelqu’un prenait la parole. Parmi celles-ci : est-ce qu’il a encore sens de parler de « sujet », étant donné la démarche proposée ? Dans le travail proposé, peut-on parler d’une ouverture de circuits d’énergie, ce qui ouvre aussi à une autre conception non seulement de l’échange des savoirs mais de la politique également ?

Nous avons à chaque fois répondu à partir de notre perspective et travail, mais aussi en explicitant ce qu’y émerge dans notre collaboration.

Vous trouverez ici le résumé de mon intervention: