La dimensione dell’osservatore

Siamo giunti a fine percorso.
Questo articolo fa seguito al primo, scritto all’inizio del mio impegno.
Mi sono molto speso da febbraio ad oggi, ho lavorato duro su me stesso, per gli altri e con gli altri.
Osservatore-catalizzatore, questo è il ruolo che ho ritagliato e ricoperto.

Volevo prima scrivere qualcosa per poi introdurre delle registrazioni audio dove discuto intorno al mio ruolo e al mio contributo.
Trovando difficoltà a scrivere ho deciso di registrare prima e di scrivere poi.

Ma dopo aver parlato ho ritenuto non più necessario scrivere.
Vi invito ad ascoltarmi. Io l’ho fatto.

Le rôle du notateur

Nous sommes le 29 juin 2022, et notre Pilote 2 s’arrête officiellement demain.

Avant de conclure cette expérience, je voulais encore partager quelques mots sur le rôle du notateur dans ce projet.

Le notateur, s’il n’est pas lui-même le chorégraphe ou l’acteur du mouvement dont on souhaite garder une mémoire et une analyse, se retrouve dans la position du traducteur. 

Il écrit dans un langage inconnu ou mal connu par l’auteur du mouvement ses mots, ses mouvements, ses choix. Parfois ce sont des choix conscients, parfois ce sont des habitudes de mouvements.

Comme chorégraphe, il arrive qu’on dise une chose et qu’on en fasse une autre. Il arrive qu’on ne sache pas faire physiquement ce qu’on attend de l’interprète. Il arrive que l’interprète ait des difficultés à faire ce que l’on lui demande. Il arrive qu’on soit comme chorégraphe, comme interprète, conscient de tout cela, ou pas.

Dans tous les cas, le notateur se doit de combler au maximum ces écarts pour rendre dans sa partition une version qui puisse donner au futur lecteur une idée la plus précise possible du mouvement tel qu’il doit être réalisé, en respectant les choix du chorégraphe et en indiquant par les termes et la syntaxe choisis, un vocabulaire et une coordination du mouvement la plus fidèle et juste possible.

Mais le notateur est aussi un danseur, il a aussi des préférences et un sens propre du mouvement. Même s’il cherche à se fondre tant qu’il peut dans le travail d’un autre, il fait, tout comme un traducteur, des choix qui lui sont propres.

Cela nécessite une grande confiance de la part de celui qui ne sait pas lire.

Pour chaque mouvement, il y a de nombreuses possibilités d’écriture, comme avec le langage alphabétique.

Par exemple pour descendre s’asseoir on peut préférer parler d’un changement de niveaux plutôt que des genoux qui se plient ou bien encore on peut écrire de plusieurs façons le fait de plier un bras, en parlant de l’amplitude qui se réduit ou en donnant des informations sur les directions des différents segments concernés. Le résultat sera presque le même, mais la façon de faire, l’engagement du corps et donc malgré tout le résultat sera tout de même bien différent.

Le notateur peut choisir des concepts dont le chorégraphe ne parle pas pour rendre compte d’un mouvement parce qu’il pense que la description donnera un résultat plus proche d’un point de vue de sa réalisation ou que l’explication du chorégraphe si on la transcrivait “littéralement” pourrait induire le lecteur en erreur. Il peut aussi faire des choix qui lui sont propres parce qu’il a des affinités avec certains concepts plus qu’avec d’autres. Et il y a parfois une totale similitude entre les notions choisies par le notateur et le vocabulaire du chorégraphe.

Les discussions, quand elles peuvent avoir lieu entre le notateur et le chorégraphe, ou avec les interprètes, vont également influencer le regard et la conception du mouvement de ces derniers, et cela de façon irréversible, comme toute nouvelle connaissance et prise de conscience.

Mais tout cela reste subjectif, et le notateur, auteur de la traduction, s’implique, influence et signe de son regard, avec respect, une œuvre qui n’est pas la sienne.

La politique du désir

Le désir est l’une des problématiques que nous avons mis au centre de notre recherche. Nous l’avons explorée à partir des textes philosophiques – La Phénoménologie de l’esprit d’Hegel et la lecture qui en donne Kojève lorsqu’il pense le désir humain comme le désir du désir de l’autre, à savoir le désir d’être désiré – et à partir d’un travail chorégraphique qui a eu lieu notamment lors de la première résidence, au centre culturel St. Exupéry de Wissous, en septembre 2021. En circulant entre l’expérience corporelle et la réflexion philosophique à la première personne, nous avons questionné les paroles d’Hegel pour qui notre propre collaboration – celle de deux femmes qui travaillent, recherchent et créent ensemble – n’était pas concevable, ni de fait, ni dans le cadre de son système conceptuel.

Dans ma recherche, j’ai ainsi suivi les traces d’autres pensées du désir, qui n’effaçaient pas mon expérience ni mon désir. L’un des fruits de ces recherches a été l’édition (que j’ai dirigée avec R. Fanciullacci) du livre de Lia Cigarini La politica del desiderio e altri scritti (La politique du désir et autres écrits) Salerno, Orthotes 2022.

Lia Cigarini, avocate et juriste, est l’une des protagonistes du féminisme italien. Elle a fondé, avec d’autres, la Libreria delle Donne à Milan en 1975. La politica del desiderio rend à nouveau disponible un livre publié en 1995, en ajoutant une vingtaine d’écrits composés entre 1999 et 2020 et un entretien inédit avec Lia Cigarini datant de 2020.

L’ensemble hétérogène de ces textes témoigne d’une politique qui sort des cadres établies par une politique axée sur la représentation, sur les porte-parole ou encore sur les catégories sociales (comme « les femmes ») auxquelles on adresse des politiques publiques. On recherche au contraire une politique qui ne se sépare ni de la vie ni du plaisir et qui, de cette manière, produit de véritables changements dans les vies réelles et dans le réel.

C’est une politique du désir, qui fait exploser la lecture de la réalité centrée sur la reconnaissance de catégories sociales discriminées de diverses manières – tout comme le mot « femmes », qui a souvent été utilisé dans la politique moderne pour indiquer une condition sociale défavorisée. Il y a certes des oppressions et de terribles injustices, qui marquent des personnes plus que d’autres et qui dépendent aussi de l’organisation de nos sociétés. Mais ce qui est en jeu, c’est avant tout la vie de personnes qui ont des désirs, des histoires, une intelligence d’elles-mêmes et du monde. Et, précisément pour cette raison, la justice et le bonheur qui leur sont dus ne peuvent pas être composés dans le cadre ordonné d’une démocratie libérale qui accorde des droits individuels en nous assignant à un groupe, ou à une minorité, et en violant ainsi l’excellence et l’histoire que chacune porte avec soi.

Le fait de ne pas renoncer à soi-même, ni aux relations qui nous permettent de parler et d’agir en première personne, permet de reconnaître le côté obscur de certaines promesses de justice. C’est le cas de l’égalité formelle garantie par l’émancipation, qui intègre les individus dans un monde déjà donné et pensé, en distribuant ainsi de fait les parts d’un gâteau empoisonné.

Ce sont des promesses qui cachent la terrible injustice de devoir dire et sentir selon les mots et les formes d’un autre, d’un monde construit depuis des siècles en effaçant la parole des femmes. Ainsi, une politique qui reconnaît l’injustice et la misère symbolique de ces promesses est une ouverture à une politique où le désir singulier peut avoir une place, pour que chacune et chacun puisse aller libre dans le monde, plutôt que simplement participer au monde tel qu’il est.

La spirale des mouvements et des mots

Workshop UPHF-Valenciennes, 12.04.2022 ; Photo de S. Hildebrand

Le défi de l’atelier (UPHF de Valenciennes, Site Arenberg – Créative Mine, 11-12 avril 2022) a été de proposer un parcours au sein duquel les participants étaient activement engagés et qui entrecroisait danse, philosophie, notation, mise en scène et prise d’images. On voulait susciter une réflexion sur les liens entre la recherche des mots, l’expérience du mouvement et la production d’images, afin de nourrir le parcours personnel de formation des étudiants et des étudiantes.

On a décidé de commencer par une expérience corporelle, un exercice de danse avec les bâtons qui était focalisé sur la relation et le mouvement – sur la relation en mouvement : l’expérience de soi et du rapport à la personne avec laquelle on était connectés par le bâton, ainsi que de la relation « élargie » à tous les autres qui étaient en mouvement dans le même espace. 

Comment est-ce que des mots peuvent jaillir de cette expérience ? Assis en cercle, nous avons commencé à faire tourner la parole à partir d’un questionnement philosophique des mots employés par les participants pour raconter ce qu’ils avaient vécu dans l’expérience proposée. C’est avec une grande générosité que les étudiants et étudiantes ont partagé des expériences et des réflexions ; à partir de celles-ci nous avons commencé un travail sur les mots qui émergeaient pour penser les relations, leur aspects lumineux et obscurs.

On recherchait ainsi des mots incarnés, proches des expériences et d’une compréhension qui ne sépare pas le ressenti et la pensée.

Travailler sur ces mots signifie les faire surgir, comprendre leur importance dans le discours de la personne qui les propose, faire émerger leurs liens réciproques, les articuler, les porter en profondeur en soi, les distinguer d’autres mots qui leur sont proches. Il s’agit aussi de voir ce qui dans la réflexion commune demande de poursuivre davantage la recherche, afin de trouver des mots qui aient leur juste poids, leur consistance d’expérience et de richesse symbolique, pour ensuite les tisser ensemble dans un discours.

Le travail sur nos mots incarnés a une importance inestimable. Les éclairer, les mettre en relation, en découvrir de nouveaux, rejeter les mots intrinsèquement vides : ces pratiques ont des effets sur nous-mêmes, sur nos conduites, mais aussi sur tout ce que l’on fait avec d’autres personnes, dans les lieux où on travaille, on étudie, on vit.

Après le moment de réflexion commune, chacun-chacune des participants a été invité à choisir un mot ou un concept qui clarifiait un aspect de la relation et de son expérience, parmi ceux qui avaient émergé dans et par l’échange (on pouvait aussi ne pas en choisir, ce qui est en effet arrivé). J’en laisse ici une trace – la trace à la fois de l’échange et d’un parcours qui a débuté à ce moment mais qui peut interpeller les participants pour qu’ils le poursuivent : libération, bienveillance, challenge-rivalité, décision, jeu, analyse, observation, silence, comparaison, disponibilité. En lisant ces mots, il faut les faire résonner dans la matière sensible : les gestes, les regards, les corps dont les photos et les vidéos nous donnent un aperçu, un témoignage.

Le workshop s’est poursuivi par un travail proposé à partir d’un protocole et une introduction à l’analyse du mouvement et à la notation, visant à faire émerger les manières multiples et irréductiblement singulières dont on peut s’assoir, se lever, prendre un stylo. Vous trouverez ici la vidéo réalisée à partir de cette expérience

Le deuxième jour de workshop a débuté avec une expérience de mouvement et de danse, dans laquelle les participants étaient tous reliés entre eux par les bâtons.

Le moment de réflexion philosophique s’est fondé sur cette expérience et ensuite sur la lecture et la discussion collective d’un texte de la poète Mariangela Gualtieri, tiré de la pièce de théâtre Caino (Caïn), sur lequel l’équipe avait déjà travaillé lors de la résidence au Centre culturel St. Exupéry de Wissous. Dans cette réflexion collective, on a effleuré plusieurs sujets : le désir d’être quelqu’un d’autre ; la haine et l’amour ; les sentiments d’angoisse et culpabilité ; le destin et la responsabilité ; l’isolement et la fermeture sur soi ; la signification à donner à la « loi de paix » qui est évoquée dans le texte ; la figuration du divin qui y apparaît, dans le rapprochement du dieu à un animal. Le texte, ainsi que travail de réflexion et articulation à partir de celui-ci ont été la base d’un atelier de mise en scène, prise d’images et interprétation de la part des étudiants.

Les interstices du vivant

1. Unexpected intimacies, Meeting the audiences

Workshops guidés par le Pilot 2.

Lieux: Wissous, Valenciennes, Bologne, Marseille, Rennes.

photo: Cosetta Graffione. Ce sont des mots choisis par un participant à Marseiile.

Enjeux des workshops, enjeux de vie.

À partir de l’élaboration des mots qui accompagnent l’expérience corporelle de la relation humaine, ou une proposition de mouvement ou bien un parcours dans l’espace, le temps des workshops a été une occasion pour transformer le questionnement philosophique et les effets de la parole sur le corps, et vice versa. Les participants ont pu développer un moment de création, personnel ou en groupe, pour arriver à une chorégraphie de quelques minutes. 

Au cours des mois d’ateliers et d’échanges avec les participants, la réflexion sur le corps et sa parole s’est renforcée et finalement je vais dans une direction qui me plaît, qui me fait du bien. Je danse, j’écris, je me confronte à d’autres expériences d’expression.

Le travail d’interaction entre l’expérience du corps et l’expérience du langage, l’envie d’entrelacer les deux et de faire travailler les danseurs, chercheurs et les étudiants universitaires dans une pratique d’observation sensible, a donné vie à des instants fascinants et suggestifs. Chaque participant à ces ateliers m’a révélé, en toute intimité et confiance, l’importance de sa parole, du mot qu’elle ou il avait choisi pour décrire une expérience corporelle. Ressenties et formulées, leurs énergies de vie ont émergé petit à petit et une découverte de leurs corps en mouvement est apparue.

Il était intéressant de voir comment une expérience de contact entre deux ou plusieurs personnes, liées simplement par la tenue d’un bâton de bambou entre leurs doigts, poussait les intervenants dans un territoire relationnel clair et évident : étaient évidents les attitudes, les besoins, les malentendus, les différentes postures, le simple désir d’exister dans cette action, dans cette réalité. En les observant de l’extérieur, la partie la plus audacieuse pour moi était quand les gestes produits n’étaient pas d’ordre purement illustratifs et que les fantasmes et vulnérabilités personnels étaient prêts à être réveillés.

L’objectif était d’exprimer comment les relations se tissent dans nos vies et si nous pouvons les approfondir et les maîtriser davantage, en utilisant un bâton, une parole, une chorégraphie. Pour ce faire, il faut faire face à un danger, à la peur de dire la vérité, parce que nous pouvons être beaucoup plus vulnérables et francs dans une improvisation dansée que dans un meeting.

«Les artistes ont toujours peur, en danger permanent de se perdre», disait Ariane Mnouchkine. C’est cela dont je parle. La peur de se perdre car quand on danse, on prend le risque de ne pas se retrouver ou de se sentir fragile aux yeux des autres qui regardent. En tant que chorégraphe, j’ai beaucoup travaillé sur la confiance, sur le rapport humble et direct aux élèves. Je suis heureuse parce qu’au cours de ces workshops, j’ai amélioré et renforcé ma capacité à atteindre les gens, à les mettre en avant pour savoir se montrer, donner et recevoir. Plusieurs personnes m’ont remercié personnellement pour le partage, sincère et charismatique, des moments où en parlant de ma pratique de danseuse je parlais d’autre chose aussi: de toute résonance du corps dans notre société, y compris dans le cadre de la recherche en sciences sociales. Sans doute un point de débat passionnant qui m’incite à continuer à penser les relations entre les gens.

Ce que j’ai observé et que je souhaite partager est le suivant :

  • en dansant, il y a une réelle possibilité de devenir autre chose, une transfiguration qui permet la sincérité et l’abstraction en même temps. Implication totale, oui, bien sûr. Ce corps qui danse peut se dé-subjectiver parfois, dans son abstraction mouvementée, mais il y a toujours quelque chose qui le ramène, le fait revenir à lui-même. Son but est d’exister et de transmettre cette existence, dans l’espoir que le spectateur soit présent. Le spectateur qui regarde un solo devient partie prenante de ce solo, il n’est pas innocent dans son rôle, il porte toujours dans sa vision une histoire, son vécu et des complications nécessaires à l’acte artistique.
  • En parlant, les mots ont mis de l’ordre dans les improvisations corporelles, ont donné de l’intimité et une intégration concrète de ce qui est arrivé dans le corps. Je vous avoue que l’utilisation des textes est très souvent le premier pas d’un chorégraphe. Pendant ces workshops, la présence de la pratique philosophique, sa capacité à mettre en valeur la dimension de richesse verbale nous a montré que le moment d’approfondir le langage n’est pas anodin. 

Mon idée est que, dans la danse, nous ne sommes pas complètement à l’aise dans ce que j’appelle «l’effet de la parole»; cette vertu de rendre vivant le langage vient d’un ailleurs plus précis qui, à mon goût, est le charme de la philosophie.

J’ai plusieurs fois pensé que pendant cette phase, la fascination que j’ai envers / pour Lacan et sa maîtrise de la parole commençait à rencontrer véritablement les passages secrets de mes improvisations. J’étais de retour au début du projet, il y a dix ans. J’observais le désir d’être aimée ou reconnue à travers un geste de la main, un regard, une unicité intangible et indicible de l’humain. On a côtoyé des questions vives: les zones de trouble, de dérapage, ou bien le pouvoir d’exister, d’aimer au sein des relations les plus simples de la vie de tous les jours. On a abordé ces questions non pas pour faire danser des «mots», heureusement la pratique que l’on envisage peut être plus percutante que cela. Je me dis que l’on cherche à restituer une plénitude à nos pratiques et l’effondrement des liens connus.

Chacun dit sa vérité avec ses mots, accède lentement au secret qu’il porte en lui sur sa relation à l’Autre. Souvent le manque d’écoute crée un vrai besoin de parler, de s’exprimer sincèrement. Ce manque d’écoute est l’une des premières causes de mal-être que je remarque dans ma pratique sociale auprès des gens.  Souvent le dialogue n’est pas facile à acter, ce moment où la parole jaillit a besoin de temps et de bienveillance; c’est là que nous allons avec nos intervenants, là où l’on voudrait être reconnus. 

2. Unexpected intimacies. Entre-deux.

L’entre-deux corps et parole, visible et invisible. Ce qui reste de ma recherche.

Photo : Sébastien Hildebrand, solo Cosetta, Bologne.

Je veux capturer cette magie du corps parlant. J’ai vu des êtres humains qui dansaient, certains n’avaient jamais pratiqué. Ils apaisent la souffrance d’un certain vide de la parole. Le langage de la danse est une logique et une logique-autre, elle saisit le thème de l’instant du vrai et de l’indicibilité du langage, le courage de nous avouer faisant peur. Mieux vaut passer par un corps rempli d’abstrait et ineffable.

Pendant un workshops, j’ai entendu la voix d’une non-parole à travers l’improvisation dansée d’un participant. C’était pur, beau, direct.  «Ce corps, veut-il m’annoncer une vérité?», je me suis posée la question. «Non, trop dur, trop personnel» j’ai pensé.  Malgré cela, le silence des gestes qui sont arrivés ensuite a été lui seul capable d’exprimer ce qui se passait dans l’âme de cette personne. 

Le langage de la danse est celui du désir de dire la vérité, et de faire. C’est un appel du regard, à être regardé. 

Je vais vous éclairer sur ce que j’appelle «annonciation d’une vérité»: dans la situation que je viens de vous raconter, j’ai observé à quel point mon rôle de danseuse et chorégraphe, et mon vécu personnel, en tant que Cosetta, se croisaient pour pouvoir toucher la sensibilité de ce non-dit. A cette occasion, j’ai ressenti chez ce participant le besoin de me confier sa parole et son geste parce que professionnelle et personne attentive et sensible. Un demande naît sous mes yeux, à pas de spirale, par des mots, une courbe du dos qui répète là où ça répète rien. Je n’oublie jamais l’implication qu’exige une activité comme celle-ci, où l’on est toujours là, avec tout son être.

Territoire de l’écriture. 

C’est depuis toujours mon espace de charme, mon sublime passage à l’interdit.

Il y a une semaine, dans un moment de mal-être, mon corps ne m’appartenait plus, s’il ne m’a jamais appartenu. Pour retrouver le calme, j’ai commencé à écrire, un poème, une note de travail pour un projet. Cette prise de parole par l’écriture est ma capacité d’une possible maîtrise du chaos qui émerge et qui se fait narration, un dialogue avec l’être qui avance dans le vide de la page et le vide qui me coupe le souffle.

J’ai trouvé très poétique d’explorer les horizons de parole des participants au workshops, l’enjeu étant la résonance de corps-acte et parole-pensée.

Quand je regarde de près les mots que l’on a employés et choisis pendant les improvisations dansées, je vois un espace possible mais pas encore créé, à découvrir. 

Les intervenants ont osé leurs mots, les ont chorégraphiés, une conversation incessante entre vécu et créativité. Le mot «haine» prononcé par d’une jeune fille de dix ans devient ainsi d’une liberté radicale, une chute suivie par glissade au sol. L’artiste philosophe travaille ici avec l’événement d’être, avec ce qu’il arrive en lui.

3. Je vous écris.

Donner naissance à l’Autre Moi.

Photo: Sébastien Hildebrand, workshop à Bologne.

L’aventure de Coeso, de mon côté, s’achève sur une page blanche.

Il se passe quelque chose qui est en lien avec l’expérience amoureuse et la tradition littéraire des lettres d’amour. Je vais commencer à rédiger ma lettre. Le mot clarifie, fixe, donne de la liberté d’avouer ce que la voix a étouffé. Mon écriture codifie une expérience qui était parfois trop difficile à gérer ou pas assez vraie pour la déclarer.

À présent, je peux avouer pourquoi, en tant que danseuse, je ne me limite pas à la danse, ou à mes spectacles. Je sens que le mot calme et ordonne ce qui me fuit, mon corps. Mon corps m’échappe et échappe aussi à ceux qui collaborent avec moi, le stagiaire, les chercheurs, les artistes, les sportifs. Pensez à un moment de panique, de peur : le système sympathique décide automatiquement, et vous suivez.  En parlant et en écrivant, j’ai l’impression de pouvoir débloquer ces sentiments intimes que je porte en moi.

Je ressens le besoin du mot, imparfait, comme il remonte à la surface, comme il émerge de lui-même, sans correction. C’est mon champ de bataille pour ne pas tomber au sol, épuisée une fois de plus de mon corps dansant la vie.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search